Carnaval nantais : « carêment incroyable »…

carnaval_nantes_2016_affiche-25d22Plus modeste qu’à Rio, moins réputé que celui de Nice, le carnaval nantais n’en est pas moins le second de France d’après notre ami Wiki...dame oui ! Après dimanche dernier, cet après-midi pour les enfants (1), la promesse d’un « grand soir » nous est faite pour la parade de samedi prochain (09/04). ^^

Le programme qui propose, cette année, « un voyage autour du monde » correspond parfaitement à la devise du  blason de la ville « Favet Neptunus Eunti  » (« Neptune favorise ceux qui voyagent« ) : 18 chars dédiés à plusieurs pays (États-Unis, Brésil, Cuba, Italie, Espagne, Irlande, Australie, Japon, Brésil, etc) et presque 500 musiciens et danseurs costumés.

curiouscat-carnaval Nantes-DSC05228-min

Sous une pluie de confettis (environ 350 kg par char)… et quelques gouttes d’eau (banal pour les « escargots » ligériens), plusieurs milliers de spectateurs ont ainsi participé, dimanche après-midi (03/04), à cette première édition du carnaval 2016, ces « julesverneries », vivantes et colorées, faisant globalement dire que nous sommes particulièrement bien « vernistes » dans notre cité des Ducs.^^

Les progrès technologiques et l’utilisation du polystyrène ont en effet rendu les chars plus vivants. Par ailleurs, dès le mois de septembre, les 150 bénévoles ne ménagent pas leur peine pour la réussite de cet événement dont les couleurs joyeuses éclaboussent ensuite le centre-ville.

bouton couleur Retour, haut en couleurs, sur l’édition 2016 (*) :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

curiouscat-carnaval Nantes-DSC05229-min

Attachés à ce temps festif, certains rigoristes semblent, tout de même, y perdre leur latin et rient jaune.  Plutôt que voyager, le calendrier des festivités carnavalesques leur donne a priori plutôt, l’impression  de se faire « balader »…

Sans demander à nos « Ben Hur » d’un week-end d’arrêter leur char, essayons de comprendre les raisons de cette atra bilis en remontant aux sources….

bouton couleur A quoi correspond le « carnaval » ?

Le mot vient de l’italien « carneleva » qui, dans son étymologie latine « carnis levare« , signifiait « enlever/ôter la viande, la chair ». Le mois de février était la dernière période pour manger de la cuisine grasse (jusqu’au mardi gras) avant le carême (du latin « quadragesima » qui a donné « quaresimo » puis « carême« ), période de jeûne et d’abstinence d’une quarantaine de jours.

D’une certaine manière, il s’agissait donc de contrôler les excès en les laissant tous ressurgir une bonne fois pour toute, avant de redevenir plus sérieux… Aujourd’hui, le carnaval demeure une fête urbaine exprimant, dans la dérision, une opposition symbolique du désordre (bruit, musique, etc) à l’ordre social que représente la ville (défilés dans les rues, les places publiques, inversion des rôles et des statuts sociaux, etc).

bouton couleur A quand remontent les origines de cette fête, à Nantes ?

Pas au paléolithique, comme le cas général, mais à l’époque gallo-romaine, du temps où les romains célébraient le dieu du vin BACCHUS à Namnetorum.(2)

Au fil des années, la forme du carnaval a d’ailleurs varié : bals masqués, cavalcades, mascarades ou fêtes des fous, mi-Carême et autres carnavals.

En 1880, ces mascarades païennes se transforment, pour la cité, en « mi-carême » amenant, en 1895, la création d’un comité des fêtes pour son organisation dont Némo, l’association des carnavaliers nantais actuelle, perpétue la tradition du « carnaval » désigné ainsi depuis 2012.

bouton couleur La période du carnaval poserait-elle alors question ?

Au Moyen Âge, les  fêtes païennes étaient peu tolérées par l’Église. Après avoir lutté contre des pratiques qu’elle considérait idolâtres, l’Église les a progressivement récupérées et intégrées aux croyances catholiques. Le carnaval se déroulait alors de l’Epiphanie (6 janvier, fin des fêtes de Noël) au Mercredi des Cendres.

En 2016, mardi-gras était fixé au 9 février, soit donc mercredi des cendres le lendemain. Une quarantaine de jours… nous arrivons à Pâques qui, cette année, « tombait » le dimanche 27 mars. Carnaval début avril… serait-ce donc cela qui chagrine ? Probablement car les repères chronologiques n’y sont plus, dame !

bouton couleur In fine, carnaval redeviendrait-t-il la « fête des fous » ?

Certes, la position de mardi gras change chaque année : une quarantaine de jours avant Pâques invariablement, la date de celle-ci évoluant néanmoins, depuis le IVe siècle (concile de Nicée en 325), en fonction des phases de la lune déterminées par le « comput ecclésiastique » (équinoxe de Printemps).

Comme ma sœur Anne (de Bretagne ^^), mon horizon étant très limité, je me limiterai donc aux prévisions 2017 annonçant mardi gras le 28 février… i.e. une ex « mi-carême » nantaise … mi avril au plus tôt ?

serveimage

Volontaire ou fortuite programmation, difficile d’en juger. Pour préserver l’esprit festif, je renverrai pour ma part la question extrême de certains aux « calendes grecques » (justement appelées « saturnales » dans le calendrier latin^^) pour ne garder de cette célébration que son folklore innocent. Pour conclure, d’accord pour la folie… pourvu qu’elle soit très douce!

Selon vous, assez logiques, conservateurs ou « carrément méchants, jamais contents » ces nantais là ?

colorfullcat

 (*) Toutes les photos du diaporama sont personnelles et donc © CuriousCat . Leur reproduction nécessite donc mon accord.

Sources :

(1) https://www.facebook.com/pages/Carnaval-de-Nantes/265272755547

(2) http://carnavaliersnantais.over-blog.com/article-11741367.html

Sur cette thématique, vous aimerez aussi :

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Carnaval nantais : « carêment incroyable »… »

  1. Bonjour Catherine,
    Nous avons également eu un défilé de Carnaval dans ma ville. C’était le 19 mars, soit une semaine avant Pâques. Ni vraiment Carnaval d’avant Carême, ni de mi-Carême… Mais j’ai trouvé très bien que cette tradition se perpétue, malgré le peu de monde qui ont défilé. Je le sais, moi j’étais sur mon balcon à les regarder passer !!! Mais je pense que c’était surtout pour les écoles. Il n’y avait pas de char, mais de grand bonhommes colorés.
    Et effectivement, beaucoup de bruit ! Mais c’est du bruit comme on aime…
    Bonne soirée
    Sylvie

    J'aime

  2. Carnaval après Pâques, on en a brûlé pour moins que ça ! Il est effectivement très beau. Celui de Bordeaux est remarcable par la présence des ultra-montains : ils viennent de tout le pays pour ce jour. Pour le reste ….

    J'aime

      1. Je suis toujours béât sur ces sites : une compilation de données extrêmement complètes et précises. Mais, souvent une absence de recul sur des points sensibles, appartenant à la culture et l’identité populaire (au sens de Muchembled, bien entendu). J’ai lu un peu en diagonale certes, mais en m’appuyant sur ce que je connais bien. Ici, comme attendu, dès imprécisions concernant la Bretagne et la Révolution française. Perso, j’aimerai avoir autant de connaissances sur l’Aquitaine !

        J'aime

        1. Merci pour votre réponse. Effectivement, le prisme anthropologique favorise indubitablement une réflexion complémentaire, parfois manquante chez certains historiens…. sauf chez Robert Muchembled. Son regard sur le pouvoir apporte notamment des clés de lecture différentes, toujours utiles pour dépasser le seuil de l’évidence. 🙂 Bonne soirée et bon week-end.
          Catherine

          J'aime

Les commentaires sont fermés.