De la Loire à l’Erdre, histoire de « l’eau de là »

Pêcheurs, nous le sommes tous, si l’on se fie à la revue « Chasse et marées » qui, avis aux armateurs, est… une vraie bible pour les novices^^. Omission inconsciente ou peur de poule mouillée, je l’avoue aujourd’hui, mon récent récit de voyage in Nantes était très incomplet. Pour ne pas conserver cet oubli en travers de la gorge(*), retour à Chantenay pour une « histoire d’eau »….en tout bien tout honneur… 🙂

Butte Ste Anne-Nantes-Curiouscat-DSC05447-min
Musée J.Verne Butte Ste Anne-Nantes

Depuis la butte Ste Anne, où se trouve l’un des spots favoris des graffeurs nantais dont je vous ai parlé (« Street-art, qui « Perrault change« ), le regard est attiré par les façades joyeusement colorées de Trentemoult, ancien village de pêcheurs, situé en face, sur la rive gauche de la Loire. Dans ce quartier de Rezé, ne pas « discuter couleurs » serait une faute de goût tant les murs peints, façon kumadori, s’y donnent en représentation comme un kabuki de plein air. A l’origine, l’utilisation des reliquats de peinture destinée aux coques des bateaux ; aujourd’hui, également, la créativité artistique de nombreux résidents du village… Le Corbusier, charmé, y installa tout près sa Maison Radieuse, bétonnée, imposante et cependant…attirante comme une énorme barre parsemée de smarties.

Roquio_Trentemoult_2-Liaison Nantes-Trentemoult. Photo prise par Jibi44.-min

Pas le temps, cette fois-là, de patienter à la Gare maritime pour traverser le fleuve avec le navibus de la Tan, joli roquio aux couleurs vert et blanc de cette société de transports en commun de l’agglomération (tramways, busway, bus, navibus) mais un come back prochain pour flâner tranquillement dans les ruelles trentemousines et compléter les souvenirs d’Aurélie, blogueuse subjuguée par ce coin de paradis…

Dans l’immédiat,  lunettes de soleil sur le nez, suivez le guide :

Pour retourner sur « mon île »… enfin celle de mon quartier, l’île de Versailles, le tramway demeure le plus rapide. Durant le trajet, rien n’empêche de visionner la rubrique « nature & Loisirs » du lien suivant : http://www.vues-sur-loire.com/index.php/vues-sur-loire-emissions?idEmission=71 pour en savoir plus sur les steamers, roquios et autres navibus.

Hydro_nantes-min (1)

Qualifiée de « Venise de l’Ouest » au 19ème siècle, Nantes est à la fois traversée par un fleuve, la Loire, et une rivière, l’Erdre, que François 1er désignait déjà « plus belle rivière de France ». Malgré les Comblements importants engagés entre 1930 et 1950, les nantais demeurent donc intimement liés à cet environnement aquatique.

Longeant partiellement les berges de la Loire et de l’Erdre, les  lignes 1 et 2 du tram permettent de découvrir ce patrimoine maritime et fluvial car, aujourd’hui encore, de nombreux bateaux aux origines et usages variés (commerce, pêche, plaisance), continuent à se croiser égayant les flots de leurs formes et couleurs multiples et revenir chez soi est alors un voyage perpétuel.

La Guiffette-Nante-Curiouscat-DSC05632-minDerrière la Guifette (joli bateau qui tire son nom de l’oiseau éponyme de la famille des sternes, n’est-ce pas Jérôme ? ;-)), la chance de revoir encore la violine éphémère du Maillé-Brézé, ancien bateau de guerre désormais musée naval, amarré face aux Machines de l’Ile, graffé en septembre 2015 par Velvet et Zoer dans le cadre du festival d’art urbain Teenage kicks. Pas d’idée saugrenue donc, comme dirait Nathalie, mais une vraie fortune des mers pour moi puisque, l’œuvre vivait ses derniers jours, constituant pour moi le trait-d’union parfait avec mon précédent topic… Sur l’autre rive, une péniche qui fait restaurant et discothèque le soir, derrière le Hangar à bananes et la grue jaune « Titan », témoin patrimonial des anciens chantiers navals désormais quartier de la création…

Moins de 15 minutes après, arrêt « Cours des Cinquante Otages » pour y retrouver l’Erdre  derrière la place du Port-Communeau qui servait, au Moyen-Age, de port de débarquement des marchandises transitant par cette longue rivière jusqu’à Nantes. L’environnement demeure bucolique malgré l’églogue « travaux » que Virgile, en son temps, aurait jugée peu poétique. Créé après le percement du tunnel St Félix, le square du Maquis de Saffré n’a jamais été modifié depuis 1934. D’ici 2017, en principe, la construction d’un bassin de stockage-restitution des eaux usées, d’une contenance de 6 000 m3, décidée par Nantes Métropole, sera en principe achevée. Objectif : limiter les déversements d’eaux usées et pluviales en améliorant la qualité de l’eau de l’Erdre. Cette entrée nord de la rivière débouche, au sud, dans le canal Saint-Félix (après la voûte bétonnée austère qui « l’emprisonne vivante » sous les cours St André et St Pierre notamment), permettant la navigation jusqu’à la Loire par l’intermédiaire d’une écluse.(1)

Tandis que je prenais la photo, le tramway ligne 2 repartit (sur la gauche)… Tout juste le temps de repérer l’un des 3 hérons cendrés du quartier et un colocataire herbivore que les eaux troubles ne dérangeaient visiblement pas…

Ici subsiste un des rares bateaux lavoirs à avoir été conservés sur le nombre important qui existait avant l’installation de bains douches municipaux, entre les deux guerres, et les progrès du confort moderne (machine à laver notamment). Cantine où l’on mange sans viande le midi, où l’on « brunch » le dimanche, après le marché (celui de Talensac étant à quelques pas), ce bateau-lavoir, installé quai Ceineray, face à la préfecture, se transforme en guinguette le soir, hymne à la bonne humeur et à la mixité sociale.

Bateau lavoir-DSC05564-min

Occupée à zoomer, je faillis manquer les deux autres membres de la famille héron, arrivés sur les lieux silencieusement. Majestueux, élégants dans l’air comme sur terre, ces échassiers font quotidiennement de nombreux allers et retours… en amont et aval de la rivière, jusque sous nos fenêtres (serait-ce pour narguer les piverts, geais et autres chats-huants qui nichent dans notre espace protégé ?). Hiératiques, ils semblent indifférents à tous. Que dire des galinules poules d’eau, en pleine scène de ménage devant leur petit, et du couple de canards colvert  quelque peu assoupi ?

Fin août, leur quiétude sera interrompue quatre jours, le temps des « Rendez-vous de l’Erdre« , festival de jazz qui accueille chaque année plus de 150 000 spectateurs, la scène principale se trouvant à cet endroit précis, à proximité de gabares, toues cabanées, roquios ou autres bateaux dont certains demeurent, par ailleurs, à quai toute l’année :

Quelques mètres plus loin, le pont St Mihiel offre un panoramique sur l’île de Versailles et ses quais environnants égayés par de multiples péniches. Lieux de vie personnels pour certains, elles symbolisent aussi la résurgence d’un commerce fluvial désormais sédentaire : crêperie, hôtels, gîtes, crèche la Souris Verte, cabinets d’architectes, galerie d’expositions artistiques (photos, peintures, dessins…), bateau-école…

Passée la crêperie « Des ronds dans l’eau », dont l’azur et blanc évoquent déjà des plaisirs éthérés, le passant franchit le shinto bétonné qui donne accès au… paradis sacré (ama no iwato) : l’île de Versailles (2), lieu d’éternelle jouvence que l’Erdre protectrice entoure de ses bras. En suivant mon « parcours initiatique »,  « vous ne viendrez donc pas ici par hasard », pour reprendre le célèbre slogan. « Ici sont les oiseaux », comme l’indique le torii (le mot «torii» 鳥居 contient effectivement le kanji de l’oiseau : «tori»), et il est vrai que cormorans pêcheurs, hérons, canards et galinules poules d’eau côtoient régulièrement merles, cygnes, pies, pigeons, moineaux, mésanges et autres oiseaux dans cet écrin de verdure.

Plusieurs poissons, rouges ou gris, occupent également les lieux… échangeant volontiers avec les humains qui leur apportent du pain, dans le bassin extérieur, ou les visitent courtoisement dans la « maison du thé ». Même un ichtyologiste amateur comprend l’écosystème sans phylactère sonore des espèces représentées dans les aquariums (brochet, carpes, brèmes, anguille, vairons, etc). De toute façon, personne ne me fera avaler de couleuvre de mer désormais car, comme je l’ai appris enfant, les poissons ne font pas de bulles dans la mesure où ils ne rejettent pas l’air puisqu’ils consomment l’oxygène dissous dans l’eau.

Située vers l’entrée principale du parc (cf plan 1), la capitainerie du port de l’Erdre gère 490 emplacements plaisanciers. Cet affluent de la Loire constitue effectivement le premier bief du Canal de Nantes à Brest. L’accès au port se fait via l’Ecluse St Félix qui est ouverte 3 heures avant et 3 heures après la pleine mer. Le chenal de navigation de la Loire est balisé jusqu’à l’entrée de l’écluse dont l’accès nécessite un démâtage préalable (tirant d’air 3,80 m).

Le pont qui permet de sortir quai de Versailles mène, tout droit jusqu’au « Mont Gargarius », (Mont Goguet) que Jean-Paul LELU, qualifiait en 1974 de « point de contact privilégié avec l’Autre Monde », sur les hauteurs de St Félix, mon quartier. Dans l’immédiat, quelques photos des abords du pont, notamment le panel bigarré des bateaux de la société « Ruban Vert », et a destra, vers le pont de la Tortière en passant par celui de la Motte Rouge… qui est vert, bien entendu ! 🙂 Devant l’hôtel de police Waldeck Rousseau, les injures des manifestants ont dernièrement remplacé les quolibets des blanchisseuses des anciens marais de Barbin nous réinterrogeant sur le pouvoir charmeur des sirènes du port actuel 😉 Que ne sont-ils sensibles aux marronniers en fleurs dont les jupes végétales volent sous la brise printanière ! N’ont-ils pas vu les saules cachant maladroitement leurs pleurs derrière leur crinière lancéolée ?…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Anodin ou pas, les couleurs des péniches sont de plus en plus vives au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre et poursuit vers la vallée de l’Erdre. Derrière le rideau de verdure (roseaux, herbes sauvages, arbres), les riverains chanceux de cette zone de plaisance profitent de leur cadre intime, ponctuellement animé par les activités nautiques : club d’aviron voisin, régates ponctuelles, canoës kayacks glissant silencieusement sur l’eau comme des pirogues indiennes, « pénichards » adultes jouant avec leur maquette (de bateau bien sûr) ou Bateaux Nantais permettant aux croisiéristes d’admirer, sur ce miroir d’eau, le reflet des nuages, caravelles aériennes en perpétuel voyage…

A mi-parcours, arrêt obligatoire devant l’un des plus beaux bateaux-lavoirs dont une partie secondaire, transformée en gîte (« l’Embarcadère »), permet à quelques chalands de séjourner ici, pour quelques heures ou quelques jours, de manière insolite, sous l’œil des pêcheurs qui, comme toutes les fines mouches, en ont déjà vu d’autre en matière de leurres…

Bateau lavoir-gîte-Erdre-Nantes-Curiouscat--DSC05593-min

Au-delà de la Tortière, de nombreux espaces verts ont été aménagés après la guerre le long des berges : campus universitaire avec le C.R.O.U.S, parc des expositions, terrains d’entraînement et structures du club de foot (F.C.N), centre nautique, plaine de jeux étendue jusqu’aux portes de la Chapelle sur Erdre, commune voisine. Pour ma part, arrêt final, avant le pont, chez des amis qui vivent eux-même sur une spacieuse péniche que je n’ai pas prise en photo car son bois n’est pour l’instant pas peint. Une autre fois qui sait ? Rendez-vous est néanmoins pris, d’ici l’été prochain si possible, pour une interview, sur un sujet qui devrait vous étonner … 🙂

Et pour finir cette excursion au bord de l’eau en musique, petit retour en arrière sur la saison 2015 des Rendez-vous de l’Erdre en avant goût de la saison prochaine : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/direct-rdv-de-lerdre-premiere-notes-sous-le-soleil-3647693. Save the date : 25, 26, 27 et 28 août 2016 !

A présent, jetez si vous pouvez « l’encre » dans la zone de commentaires dédiée. Merci ! 🙂

Nota : Toutes les photos sont personnelles et donc © CuriousCat. Leur reproduction nécessite donc mon accord.

colorfullcat

Sources :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tunnel_Saint-F%C3%A9lix

(*) La poule qui a avalé un couteau… 😉

Publicités

10 réflexions au sujet de « De la Loire à l’Erdre, histoire de « l’eau de là » »

  1. Enfin, le voilà, l’article apparu puis disparu aussi vite ! Mon impatience est récompensée par ce beau parcours, aussi bucolique que coloré.

    J'aime

    1. Merci Philippe,
      J’espère que vous aurez également apprécié la vidéo très intéressante sur les roquios, donnant plusieurs rappels historiques, ainsi que celui sur les bateaux-lavoirs ou le Mont Gargarius d’où nous avons une vue panoramique jusque au-delà de notre cathédrale et, je l’ai découvert ainsi, depuis lequel nous sommes a priori directement connectés avec l’au-delà (d’où mon jeu de mot dans le titre de l’article que chacun aura relevé…ou pas ,-)).
      Bonne soirée, à bientôt.
      Catherine

      J'aime

  2. Très belle promenade ensoleillée en ce jour où ici le soleil est en congé.
    Encore de belles photos, colorées, diverses et variées comme on dit, bref comme j’aime !
    Vivement tes prochaines photos… euh ton prochain article !
    Ta blogeuse sempivirente

    J'aime

    1. Bonsoir Sylvie,
      La pluie s’est également invitée à Namnet aujourd’hui 😦 Mon appareil photos est assez modeste et je n’ai toujours pas commencé les cours proposés par un professionnel blogueur donc je fais du mieux avec ce que j’ai, selon la formule consacrée). J’espère que mes écrits et les illustrations que j’ai sélectionnées t’auront également intéressés car c’est pour moi tout aussi important… Bonne fin de week-end.
      Cat

      Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cette belle balade bucolique. Quelle belle région, dans laquelle j’aurais bien aimé jeter l' »encre », même si je connais un peu. J’ai passé quelques WE à l’Ile Beaulieu gamine.

    J'aime

    1. Bonsoir Aline,
      Merci d’avoir suivi ce parcours en cette belle journée de la fête des mères. L’île Beaulieu a énormément changé ces dernières années. Si d’aventure tu reviens à Nantes, tu devrais être agréablement surprise ! 🙂 @+ Cat

      Aimé par 1 personne

      1. Bonsoir Catherine,
        J’en ai en effet entendu parler, mais n’y suis pas allée depuis quelques années. C’est à l’ordre du jour (famille sur place) mais il faut quelques jours pour le trajet et en profiter, trop court sur un WE… Pas trouvé ton twitter à propos.
        Bonne soirée
        a++ Aline

        J'aime

Les commentaires sont fermés.