« Saü » patrimonial et couleurs à la pelle

En France, hormis celui de Paris et Grenoble, le laboratoire Arc’Antique de Nantes est le seul capable de restaurer tous les matériaux (céramique, métaux, verre et autres objets organiques..). Lors des Journées du Patrimoine, j’y découvris un lyophilisateur doté d’un logiciel de calculs des températures permettant d’assécher des matériaux organiques, ayant séjourné longtemps en mer, sans les détériorer. Comme une bulle libérée de mon inconscient, cette évocation fit remonter, en surface, le souvenir magique de l’ambivalent pouvoir du sel

les-marais-salants-de-guerande-en-loire-atlantique-minL’effet corrosif du sel évoque effectivement son paradoxal pouvoir de « mort » (agent polluant des papyrus, pouvoirs maléfiques, rituel de momification) et de vie  (biologiquement vital, bénéfique pour la conservation des aliments, pour la médecine, l’agriculture, la blanchisserie, la fonte de la neige…), ambivalence qu’Hippocrate, expliquait déjà par le fait que cette substance mystérieuse, quasi surnaturelle, soit « valorisée positivement et négativement« .

Faut-il chercher, dans l’origine de cet « or blanc », la genèse d’un tel pouvoir ? 

Oui, partiellement, mais peut-être préférerez-vous la légende de Chen et Liu à l’explication scientifique suivante ?

« Le soleil attire les parties les plus fines de l’eau et les élève dans l’air. La saumure reste en bas à cause de son épaisseur et de son poids : c’est ce qui donne naissance au sel ».

800x600_marais-soleilweb-691379-min

Magique ou pas, le sel demeure, depuis toujours, précieux, au sens propre comme au figuré.:-) (1) Au-delà de l’aspect symbolique, son histoire a croisé, depuis longtemps, celle des hommes : ration de sel devenue «la paie» (« salaire« ), la gabelle médiévale, la contrebande, les expressions populaires telles «sel de la vie» ou « mettre son grain de sel« , etc. (2) « Saü » l’y-laisse donc ! ^^

Comment les propriétés biologiques du sel amènent-elles une poésie colorée ?

Bien que les critères aient varié au fil des siècles, le sel consommé actuellement est généralement blanc, sa couleur provenant du calcium, du potassium et du magnésium. Selon la quantité de fer, de zinc, de cuivre d’iode ou de fluor qu’il contient, il peut néanmoins se teinter parfois de vert, de bleu, de gris ou de rose.(3)

Les différentes techniques de production amènent plusieurs types de sel :

1. le sel « ignigène » : produit par les salines (cristalisation industrielle par évaporation d’une eau salée),

2. le sel marin (ou « solaire ») : saliculture artisanale. Caractéristique de notre côte Atlantique (Guérande , Bourgneuf, Batz-sur-Mer*, Ile de Ré…), ce sel, non raffiné, varie du blanc au gris.(4)

termes-marais-salants-img30_07_2010-11_55_17-min

La couleur des marais salants varie selon la salinité et dépend des micro-organismes présents dans l’eau. Elle peut aller du vert pâle au rouge intense.

La Dunaliella salina,  espèce d’algue vertehalophile, est ainsi à l’origine de la couleur rose/rouge contenue dans la  « flos salis« , comme l’évoquait Pline l’Ancien:

« …le meilleur type de fleur de sel qui produit une sorte d’huile, qui, aussi surprenant que cela puisse paraître, de la graisse même dans le sel… une sorte de rouille de sel….Dans des récipients, la blancheur peut être vue à la surface alors que l’intérieur est humide ».

dunaliella-salina-100407-02-min

Pour s’adapter à la pression osmotique, que subit sa cellule dans les milieux hypersalés  (100/1000), l’algue accumule dans sa cellule du glycérol. Dans le cas d’une forte exposition à la lumière, c’est-à-dire dans des eaux peu profondes et calmes, l’algue protège sa chlorophylle de la surexposition lumineuse par des pigments rouges qui limitent la pénétration lumineuse. Bien qu’étant classée comme algue verte par les naturalistes, elle prend alors une couleur rouge sang et colore en rouge sombre l’eau en cas de forte concentration (bloom). (3)

Pleine de vertus, cette algue est même devenue, depuis 2015, « la crème de la crème » (au sens littéral), depuis la création d’une ligne de cosmétiques naturels anti-âge «Eclaé, le prodige des eaux roses», par le groupe Salins (sel de table « La Baleine »).

De petites crevettes pleines de pigments (caroténoïdes), dont l’astaxanthine, évoluant dans des eaux de salinité moyenne, donnent une teinte orangée aux marais. C’est en filtrant l’eau des lagunes et étangs, grâce aux fanons de son bec, que le flamant rose capture ces « Artemias salinas » et que son plumage en prend à son tour la couleur d’où il tire son nom.

artemias-salinas-509993752-min

Explications en images : http://enseigner.tv5monde.com/video-didactiser/3251.

Des bactéries comme « Stichococcus » contribuent également aux teintes variées qui transforment les paysages en véritables patchworks.

marais-salants-de-marais-salants-de-guerande-from-3000-feet-by-revedavion-com-116b1011d57697884559c54b89aea6a4-min
Presqu’île de Guérande (Dpt 44-France)

Voyez ainsi l’Ile de Ré  (2.06) :

SOL en Ré-2016 from Michel BOST on Vimeo.

Le chlorure de sodium façonne donc les paysages au sens strict du terme. Plus symboliquement,  il porte par ailleurs en lui un code particulier, variable selon sa couleur :

  • blanc pour porter bonheur,
  • noir, consacré et magnétisé pour chasser les démons et fantômes ou voisins désagréables,
  • rouge pour capter l’amour de la personne désirée.

3. le sel gemme (ou « sel de terre » ou « Halite« , du grec halis=sel et lithos=pierre) : extrait de la mine, de couleur blanche.

En France, plusieurs sites ont permis son exploitation parmi lesquels la commune de Salies-de-Béarn, au nom évocateur, qui exploite l’eau d’une fontaine salée depuis l’âge de bronze.

sel-de-salies-de-bearn-erveimage-minEnfoui dans les profondeurs du Bassin de l’Adour depuis plus de 200 millions d’années, dans des poches d’eau, le sel est demeuré pur et n’a donc « jamais été souillé par un quelconque élément extérieur », comme l’indiquait, en août 2016, Cécile Bergez-Casalou, Directrice de responsable de l’Office du Tourisme, au journal « le Vif ».

operation-d-extraction-du-sel-a-salies-de-bearn-le-7-juillet-2016-medium-minGrâce à l’eau de sa source « Reine Jeanne d’Oraàs », dix fois plus riche en sel que l’eau de mer, aux qualités exceptionnelles (plus de 26 minéraux et oligo-éléments), la ville dispose aussi de thermes depuis le milieu du XIXe siècle (cf vidéo de 7,04 mns).

Jusqu’à la construction de la saline, en 1842, augmentant la production, l’eau de la Fontaine Salée était exploitée par de petits fabricants de sel. Depuis juin dernier, ce sel gemme est même classé à l’IGP (indication géographique protégée).

Conscients de cette richesse patrimoniale, les béarnais fêtent chaque année « la Hesta de la Saü« (fête du sel) qui donne l’occasion de partager leur folklore « haut en couleurs ».

Comme un laisser-passer du passé vers l’avenir, le sel conserve son mystère et sa poésie,   transformant son environnement en un immense jardin, jusque dans sa métaphore sémantique, virtuellement colorée (œillets, fleur de sel, etc).

« Gemme » véritablement ce sel qui donne , selon moi, un « goût très pigmenté à la vie ». Et vous ?

colorfullcat

(*) Pour fêter ses 130 ans, le Musée des Marais Salants de Batz-sur-Mer exposera jusqu’au 30/04/17 les objets, œuvres et documents collectés de 1887, année d’ouverture, à 2015.  Le thème retenu est celui du PARTAGE sous toutes ses formes ! : http://www.cap-atlantique.fr/node/1671

 

Sources :

(1) http://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/geologie-route-sel-historique-geologie-alimentation-645/page/5/

(2) http://echel.pagesperso-orange.fr/essai_presentation/histoire_du_sel.html

(3) http://www.chaudron-pastel.fr/2012/05/24/saler-differemment/

(4http://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/geologie-route-sel-historique-geologie-alimentation-645/page/4/

 En savoir plus ? :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

22 réflexions au sujet de « « Saü » patrimonial et couleurs à la pelle »

    1. Bonsoir Chrystelle,
      Désolée de ne pas répondre plus vite.
      Tu as raison, le beurre dans les pommes de terre..miam ! 😉 Tu n’es pas bretonne pour rien ! 😉
      Je cavaleactuellement après tout , véritablement depuis quelque temps (engagé un bilan pro et espère pouvoir trouver du temps dès qu’il sera fini). Je vais aller voir ton dernier article et te dis à bientôt.
      By !

      J'aime

  1. J’ai adoré ton article ! Figure toi ici on n’y a pas de sel gris de mer mais du sel d’Himalaya alors qu’ils sont entourés de mers 😳. D’autre part sur la route (d’Ankara) à Cappadoce on trouve un grand (et un petit) lac salé « rose » c’est étonnant.

    J'aime

    1. Hello, merci pour ce sourire.
      Je n’ai pas encore tout saisi de ta vie qui semble particulièrement épanouissante : tu voyages entre la région parisienne et la Turquie ? D’origine vietnamo-chinoise, tu vis à Ankara ?
      En tous les cas, la Turquie que j’ai découverte, durant 15 jours, dans les années 90 (au moment des attentats !) demeure l’un de mes plus beaux souvenirs, notamment Pammukale ! 🙂
      Bonne fin de journée, à bientôt ici, sur Facebook ou Twitter ! 😉
      Cat

      J'aime

    1. Bonsoir Patou,
      Je suis infiniment touchée par ta proposition, tout comme je l’avais été, il y a un an, par celle d’Aline et de Sylvie. Je n’y avais pas répondu n’étant pas vraiment habituée à parler de moi et préférant laisser transparaître certains goûts ou traits de caractère au travers de mes articles, de mes commentaires, etc. Je ne disposais par ailleurs que d’un temps réduit et c’est malheureusement toujours le cas car je continues à suivre des moocs qui me prennent beaucoup de temps, à tel point que je ne lis que peu, n’arrive plus à préserver de plages personnelles pour dessiner ou peindre par exemple. Comme tu l’auras peut-être par ailleurs noté, mes articles sont un peu espacés.
      J’espère que tu comprendras ces contraintes.
      Si les éléments professionnels et personnels, qui doivent changer, amènent l’évolution positive dont j’ai besoin pour avancer harmonieusement, je réfléchirai à votre si gentille proposition et me livrerai alors peut-être un peu.
      Dans l’immédiat, bonne fin de soirée et de wee-kend.
      Cat

      J'aime

  2. Bonsoir Cat,
    De nouveau un article documenté et intéressant.
    Je suis également plutôt sel de l’Île d’Oléron… J’ai aussi du sel rose… qui sale comme dit Philippe 🙂
    Quant à l’origine de ce sel blanc, je préfère la légende de Chen et Liu !
    Bonne soirée
    Sylvie

    J'aime

    1. Bonsoir Natila,
      Des couleurs « CuriousCatesques » ?…
      Je note, faut-il envisager le brevet ?;-)
      Merci pour tes compléments qui intéresseront également les lecteurs.
      Après ma dernière semaine du mooc « Fabriquer l’innovation », je vais retourner sur le blog de notre amie Claude dont j’ai découvert, noyés parmi d’autres articles (certains auteurs sont incroyablement productifs… sauf lorsqu’ils sont en retraite par exemple, j’en demeure toujours surprise), les trois derniers posts. J’espère qu’elle n’aura pas pensé que je la boudais.
      Très belle soirée, à bientôt.
      Cat

      Aimé par 1 personne

    1. Merci Nath,
      Tant de merveilles naturelles et de choses à découvrir chaque jour. Sans partage, ces découvertes auraient-elles autant de saveur ? * 😉 Bises
      Cat
      (*) Plus d’une semaine déjà que tu es diplômée et que tu as brillamment co-animé ta conférence pour partager ta passion en expliquant ton travail (joies et soucis quotidiens d’un théâtre, des cours, etc). Que le temps passe vite ! Malgré tout, de manière vertueuse, le souvenir de ces bonheurs en engendre tellement d’autres ! 🙂

      Aimé par 1 personne

    1. Hello Aline,
      Merci. Je n’ai pas été raisonnable puisque, fatiguée, j’aurais mieux fait de me reposer mais j’avais tellement besoin de me vider la tête. De surcroît, puisque nous sommes entre nous, je dois avouer que j’avais commencé cet article à l’occasion des Journées du Patrimoine (le labo Arcantic et le Muséum d’histoire Naturelle s’ étant notamment associés à cette occasion) mais, l’actualité culturelle (expos, fêtes, etc) l’a remisé longtemps en « brouillon ».
      Pour le reste, je vous sais tous sensibles, comme moi, aux beautés de la nature et à ses mystères, ses points insolites. Et oui, même sans la mer, les phénomènes géologiques, météorologiques… permettent de découvrir aussi de belles salines dans ta région. Merci pour le lien que j’examinerai rapidement.
      Très bon week-end, à très vite ! 🙂
      Cat

      Aimé par 1 personne

  3. Le patrimoine salin de ta belle région est bien visible car à ciel ouvert. Tu nous fais découvrir de grands et beaux espaces colorés. Bel article complet (comme d’habitude) très technique et coloré (comme d’habitude). Bravo et merci.
    Nous avons également dans le Jura des sites salifères qui font partie du patrimoine du département. Mais pour le Jura c’est en sous-sol qu’il faut aller le chercher. Lons le Saunier (préfecture) et Salins les Bains en sont les villes les plus évocatrices puisque marquées dans leur nom même. Aujourd’hui, la saumure n’est plus exploitée ici que dans le thermalisme.
    Quelques histoires également qui ne manquent pas de sel : http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/metiers/sel.htm

    J'aime

    1. Bonjour Nath,
      Merci d’avoir évoqué les sites salifères de ta belle région. Je les connais et en apprécie l’intérêt mais, pour ne pas réécrire certains articles complets et pertinents (ils figurent en PJ) et limiter mon texte (exercice difficile car trop d’infos tue l’info et, à l’inverse, peu d’éléments, ne m’auraient pas permis de faire le focus que je vous propose avec un prisme personnel auquel vous êtes désormais habitués. Au fait, « comme d’hab » s’entend positivement n’est-ce pas ? T ne souhaites pas me dire, de façon polie, que « je vous barbe » ? 😉
      Dès que possible, je lirai intégralement l’article dont tu m’as transmis le lien et t’en remercie d’ores-et-déjà.
      Bon week-end ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Il n’y avait aucune offense dans mon commentaire. Ton article est bien complet, technique et coloré. Le « comme d’habitude » n’est pas sarcastique. Je me suis régalée, sincèrement. Je n’aurais pas du faire de référence externe à ton article. Je me rends compte de son interprétation possible. Je saurai dorénavant calmer mes ardeurs. Ca va pas être simple, j’ai toujours été trop bavarde ! LOL
        A bientôt.

        J'aime

        1. Mais non, il n’y avait pas d’offense ni de sarcasme, je blaguais ! 😉 Pas de « blême » non plus quant aux liens externes qui complètent avantageusement les sources disponibles pour les visiteurs qui, comme moi, demeurent curieux, les yeux et l’esprit grands ouverts ! Donc, merci, merci, merci pour tout Nath. Tous vos commentaires, nos échanges donnent vie à chaque article et à ce blog. Ton bavardage demeure positif et constructif. Comme toi probablement, je suis peinée de voir certains blogs, avec des « like » ou non, sans aucun commentaire.
          Pour être certaine de me faire parfaitement comprendre, je te redis donc à nouveau , en articulant bien (;-)) : M E R C I ! 🙂

          Aimé par 1 personne

  4. Comme d’habitude, un article plein de saveur et très coloré. En ce moment, pour les crudités de fête, je consomme du sel rose de l’Himalaya. Bobossime !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.