Couleur intense et « tilt brushing » pour festival de motion design… décoiffant !?

Depuis l’Antiquité, la simulation du mouvement dans l’art n’a cessé d’évoluer, instaurant parallèlement un « nouveau paradigme épistémologique », à l’instar des phénomènes de réalité augmentée ou virtuelle qui, associant réel concret et abstrait idéel, via la numérisation, participent à « l‘élévation de l’âme » de chaque citoyen.

Motion design-1280x720-v-o-min

Une réalité augmentée parfois « plus vraie que nature »  ? C’est en l’occurrence la réflexion partagée par le public présent, hier, au festival « Motion, motion« , co-produit par l’AMDF et Stéréolux, qui se déroulait à Nantes, sous les Nefs du quartier de la création.

Premier du genre dans le domaine du motion design (« graphisme en mouvement »), cet événement visait à faire découvrir la diversité de cet « art qui permet de donner vie au graphisme à des fins informatives ou artistiques » : 3D, papier découpé, 2D, stop motion… via des expositions, ateliers, mini-conférences et rencontres, concerts.

Au programme de l’après-midi :

1) Sound design et motion design : interactions et complémentarité, par Maurin Zahnd et Eric Muller du studio de création sonore Mooders.

2) Street art augmenté, par le collectif 9ème concept et l’agence MNSTR.

3) Synesthésie, intelligence des sens, par Guillaume Marmin, réalisateur et plasticien.

4) L’intérêt du mélange des styles, par Cyril Izarn du studio de motion design Nöbl.

5) Jeu vidéo et motion design, par Joan Da Silva, Directeur de l’école d’Animation et Jeu vidéo LISAA Paris.

D’une durée limitée à 20 minutes, chacune des mini-conférences fut excellente mais je dois avouer avoir été bluffée par la deuxième, particulièrement décoiffante !

Membre du trio de départ du collectif 9e Concept (fondé avec Stéphane Carricondo, dont je suis fan^^, et Ned, il y a plus de 25 ans… ), Jerk 45 et Louis Bonichon, pour l’agence MNSTR, y présentèrent le projet urbain de stickers et d’affiches des Francs Colleurs autour duquel sont réunis, depuis 2015, une cinquantaine d’artistes ayant pour objectif commun de :

travailler autour de la forme de la goutte japonaise qui, « démultipliée, renvoie à l’idée de ruche artistique », où chaque sticker a son univers propre, devenant écaille d’une même peau une fois collé, en mosaïque, avec les autres stickers, recomposant « à l’infini » de nouveaux tableaux.

Dans différentes villes (comme à Nantes, le 19/11/16), ce collectif a même monté de véritables commandos pour embellir les espaces urbains de touches colorées et partager sa vision du street art dans un environnement sociétal mutant. Retour en images (1.09):

En collaboration avec la plateforme Radar, les artistes de 9e Concept ont participé au développement d’une application gratuite, disponible sur Iphone et Android, qui permet d’animer dix créations en réalité et son augmentés (créations sonores : Léon COMBS / Développement application :  Agence Mnstr). Pour illustrer : https://www.youtube.com/watch?v=2PUZb5K3wUg.

Sorte d’ »œil oujdat tridimensionnel », le smartphone capte alors l’invisible (mouvement caché derrière le sticker^^),  grâce au principe de reconnaissance d’image. « Petit Prince apprivoisé », l’utilisateur peut ainsi, à son tour, utiliser la goutte, comme un masque photo, pour créer sa propre image et la partager sur les réseaux sociaux, rendant ainsi  l’art urbain nomade et faisant de chacun un « happy culteur » du patrimoine matériel et immatériel mondial…

Dans le cadre du partenariat avec Desperados, le collectif est même allé plus loin. De quoi s’agit-il exactement ?

Pour le compte de Heineken, et depuis bientôt 20 ans, la marque confie à 9e Concept le design de ses bouteilles de bière aromatisée à la téquilla (environ 73 bouteilles collector redessinées). Comme l’expliquait Alexandre d’Alessio, l’un des artistes, en 2014:

« La ligne de création embarque la bouteille Desperados dans un mouvement continu et lui impose une série d’expériences : pulvérisation d’une peinture jaune à travers un pochoir en mouvement ; marquage par un tampon de couleur rouge ; nouvelle pulvérisation de peinture blanche, etc. Ce design a ensuite été reproduit à échelle industrielle. »

L’édition iconique attendue supposait une forte « innovation marketing ». Ainsi est né le projet de l’agence Mnstr d’utiliser la réalité augmentée pour révéler les couleurs d’une étiquette de la marque produite en « édition limitée » (d’ici octobre 2017, plus d’un million de bouteilles auront été distribuées).

Desesperados bière-3serveimage.jpegserveimage-min

En accord avec Mnstr et 9e Concept, Desperados a fait appel à Matthieu Dagorn, membre du collectif. Pendant 14 jours en résidence artistique, celui qui se présente comme « sculpteur sur bois », a réussi à recréer son univers inspiré à l’aide de la technologie Google Tilt Brush.

Un résultat bluffant ! : une œuvre digitale et ultra-colorée, inspirée de la jungle, projetée sur les murs d’un cube de 36m2.

M.Dagorn-Desesperados bière-2-serveimage-min

Une application mobile, baptisée «Desperados Edition Augmentée» a même été spécialement conçue pour que tous les clients puissent découvrir cette création en réalité virtuelle.

Plusieurs étapes pour cette expérience immersive :

1) Découvrir le décor de l’étiquette animé en 3D.

2) Une visite 360° dans l’atelier de l’artiste qui lui a permis de réaliser la sculpture digitale.

3) La navigation à l’intérieur de l’œuvre pour en découvrir tous les détails.

4) Les coulisses et toutes les étapes de la création.

Pour connaître tous les détails de cette création artistique, lisez  l’interview passionnante de l’artiste accordée au  media Fubiz (http://www.fubiz.net/2017/04/07/new-street-art-vr-design-experience-by-desperados) et écoutez ses explications ainsi que celles de  Clémentine Doumenc, responsable marqueting de la marque Desperados :

N’oubliez-pas, ce « rêve bleu… non vert, rouge/framboise et blanc » disparaîtra en octobre prochain^^ ! Hâtez-vous donc d’acheter l’une des bouteilles Desperados pour mesurer la performance du travail de Matthieu Dagorn en scannant l’étiquette avec votre téléphone…. Parce que « vous le valez digitalement bien » ! 😉

colorfullcat

Nde : Noubliez pas de cliquer sur les liens hypertextes pour plus d’infos (en bleu ;-)).

A lire aussi sur le sujet :

http://www.davidcouturier.fr/et-si-le-street-art-rencontrait-la-realite-augmentee-magique/

Publicités

2 réflexions au sujet de « Couleur intense et « tilt brushing » pour festival de motion design… décoiffant !? »

    1. Merci Nath,
      Un moment sympathique, au milieu d’un public majoritairement jeune (graphistes, designers en herbe, étudiants ou professionnels….).
      Ma curiosité et mon intérêt pour des sujets variés, créatifs comme celui-ci, m’amènent dans des espaces où je semble atypique mais, c’est ainsi, « je suis ce que je suis, je ne sais faire que cela » ! 😉

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.