L’aventure intérieure du Voyage à Nantes : « entrez dans la transe » avec Pick up Production !

L’art porte intrinsèquement en lui la capacité de restituer une visibilité différente du vivant. Comme le chamanisme, cette relation poétisée, avec l’invisible, permet même souvent d’entrevoir un monde potentiellement meilleur. A l’instar de certaines méthodes thérapeutiques, le street art suggère, en particulier, un autre rapport au monde ou à soi-même. Pour autant, ce pouvoir de faire parler les murs, de « repanser » le monde en stigmatisant les lieux, par une empreinte humaine, lui confère-t-il les vertus d’un réel « art médecine » ? Cet acte créatif urbain est-il d’ailleurs délibéré ou parfois inconscient ?…

Pour tenter de répondre, continuons l’aventure onirique du Voyage à Nantes, amorcée avec Pedro, et revivons, en images, l’expérience immersive de l’association de culture hip hop Pick Up Production, dans un univers carcéral où des drames de la « comédie humaine » ont servi de support narratif à une dizaine d’artistes, tel le miroir à deux faces de « l’ordre des choses »…

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09038-min
#Street-art-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Symbole paradoxal de l’imperfection de cet ordre, la ville avait installé son ancienne prison à côté de l’ex Palais de justice devenu aujourd’hui le Radison Blu Hotel.

Avant sa démolition fin 2017, puis sa reconversion en 2019 (160 logements, une crèche, un parking souterrain de 400 places et un théâtre à la place du pavillon du greffe), la société Cogedim (propriétaire actuelle) a permis à Pick Up Production d’investir une partie des 12 600 m2 de l’ex Maison d’arrêt pour réaliser un projet artistique et éphémère…  en toute liberté ! 😉

Du 01/07 au 27/08, 94 411 visiteurs en auront franchi les grilles volontairement.

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-1DSC09004-min
#Street-art-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes

Enfermés 17 jours dans ce cadre historique, abandonné par ses occupants en 2012, ce collectif de peintres, plasticiens, graffeurs et sérigraphes… a donc tenté de comprendre, puis traduire, l’enfermement, la surpopulation, la peur, la folie, les rêves, l’espoir, l’évasion… pour aiguiser les sens et toucher les esprits, via une transe picturale (http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/culture-voyage-nantes-met-artistes-prison-1290979.html).

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09037-min
#Street-art-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes

Les « maux » amenant les « mots », soyez vous aussi les bienvenus dans l' »enfer sur terre« , pour reprendre le graff de Persu inscrit au fronton du mur d’enceinte de l’ancienne maison d’arrêt de Nantes et… « Entrez libres »  !

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09059-min
#Street-art-PERSU-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09011-min
#Street-art-KAZY USCLEF-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Dans l’enceinte du greffe, sous le regard magnétique d’un exorciste félin (SKIO), témoin silencieux de ces folies humaines, le regard, balaie tout d’abord les larges motifs d’un chaos urbain en noir et dégradé de gris, semblables aux tatouages géants d’une épaisse peau de béton.

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-2DSC09003-min
#Street-art-SKIO-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09005-min
#Street-art-PERSU-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09007-min
#Street-art-PERSU-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09012-min
#Street-art-PERSU-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09014-min
#Street-art-PERSU-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Telles les plaques de Perm du Moyen Age, les 4 pans de tissus sérigraphiés de l’artiste militante Katjastroph, recouverts de figures mi-humaines, mi-animales, semblent représenter les tourments émotionnels autant que la possibilité d’une évasion onirique limitée, malgré tout, à un univers assez froid,  sans couleurs.

Cette transition hypnotique conduit le spectateur jusqu’à l’œuvre allégorique de Nosbé, sorte d’examen de conscience « tomodensitométrique », au cœur de la réalité ordinaire (promiscuité des détenus, etc) et de la « réalité non-ordinaire » (où tout est connecté à tout le reste, de manière automatique, et où chacun est connecté à ses potentiels ou ses parts d’ombre cachées).

Son agglomérat organique, grouillant, tentaculaire et rouge sang, évoque en effet aussi bien cette connexion psychique que le dialogue réel entre l’intestin et le cerveau humain (cf http://future.arte.tv/fr/ventre-deuxieme-cerveau).

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09017-min
#Street-art-NOSBE-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Comme l’indiquait David Bartex, l’un des artistes invités, dans l’interview accordée au journal Ouest-France le 25/07 :

« On rentre dans la prison, dans ce corps, par le ventre, la gorge, l’estomac. On est digéré par cette prison ».

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09015-min
#Street-art-NOSBE-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

De chaque côté de l’escalier menant au mur de briques (rouges, elles aussi), qui séparait le greffe de l’ancien espace de détention, les visions dantesques, aux couleurs saturées, de Sam Rictus et Jurictus, expriment l’indicible, la folie, la mort… à la limite de la nausée.

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09018-min
#Street-art-Sam RICTUS&JURICTUS-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09019-min
#Street-art-Sam RICTUS&JURICTUS-VAN-« Entrez libre » PICK UP PRODUCTION-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Semblable à quelque trouble psychotique, le face à face avec ces personnages, aux corps agités et aux yeux révulsés, devient vite oppressant et l’arrivée à l’étage plutôt libératoire, alors même qu’une musique, tout aussi angoissante, résonne pour accompagner la découverte de visages de détenus agonisants dans une cellule recouvrant les portes et fenêtres des anciens parloirs.

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09020-min
#Street-art-REMI-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Comme l’écho de l’universel humain, quelques moments volés :

« Pas assez de temps pour dire je t’aime ; trop de temps pour avoir la haine ».

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09024-min
#Street-art-Achille BLASTER-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Au nom de la « liberté chérie », la narration urbaine du dessinateur Rémi (aidé de Achille Blaster pour les illustrations allégoriques dessinées avec « la lumière ») devient plus subversive. En « ouvrant les « grilles de sa propre lecture » de l’univers carcéral, il cherche à susciter la curiosité et la réflexion sur la notion globale de société aliénante.

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09026-min
#Street-art-REMI/Achille BLASTER-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09032-min
#Street-art-REMI/Achille BLASTER-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09035-min

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09027-min
#Street-art-REMI-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Pour recréer de la vie, David Burtex a préféré prendre de la hauteur en traitant, de manière quasi ludique, l’enfermement psychologique et l’isolement social, à grand renfort de couleurs très vives et de symboles ésotériques. A « tire-d’elles »^^, le vol de ses quetzals mythiques éloigne ainsi symboliquement l’esprit des tortures physiques et souffrances psychiques…

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09052-min
#Street-art-David BARTEX-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat
Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09056-min
#Street-art-VAN-David BARTEX-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09034-minAutodidacte, ce nanto-auvergnat a graffé ses premiers murs à Nantes avant de suivre la compagnie Royal De Luxe en Amérique latine (on lui doit notamment « le mur tombé du ciel » évoqué dans mon article du 19/11/16). De ses voyages, il a conservé le goût de l’exotisme, du métissage culturel et de la couleur. A l’instar du bindi symbolique, pour lui :

« Ce qui est intéressant, c’est l’évasion, c’est comment gérer son temps en prison, il faut presque s’ouvrir comme un troisième œil. Ou bien se rappeler tous ses souvenirs, apprendre des choses. C’est l’imagination ou le rêve qui nous fait tenir dans des situations difficiles.« 

Sous la surveillance imaginaire d’un maton, le visiteur pénètre enfin dans le couloir qui donne accès aux cellules.

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09025-min
Street-art-Achille BLASTER-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat

Street-art-VAN-Ancienne prison-Nantes ©CuriousCat-DSC09050-minDans ce passage étroit, sans issue, des symboles flagrants du désir d’évasion. Seul un judas permet d’examiner, à la hâte, presque anxieusement, l’intérieur des cellules où les prisonniers étaient « tenus à l’oeil », au sens propre comme au figuré.

Retour vers la sortie en revivant cette culture du rêve, dans les ténèbres, par l’intercession de Gilles Bouly qui, suivant le texte d’Henri Michaux « Face aux verrous« , nous emporte dans un tourbillon graphique illustrant, de manière caustique, la distorsion du temps, la promiscuité, l’égarement psychique…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le voyage onirique achevé, la roue chromatique peut désormais tourner et la vie reprendre son cours…

A bientôt pour mon dernier opus du Voyage à Nantes au pays des chamans. L’aventure intérieure continue ! 🙂

 Street art-LU Nantes-©CuriousCat-DSC08137-min.JPG

Nota : Toutes les photos sont personnelles et donc ©CuriousCat (pas de reproduction sans mon accord).

Les liens qui apparaissent en bleu sont actifs. Cliquez dessus pour plus d’informations.

 

Nde : Même si les visites libres ne sont plus possibles, quelques unes seront exceptionnellement autorisées dans le cadre des Journées du Patrimoine 2017.

 

 

Publicités

12 réflexions au sujet de « L’aventure intérieure du Voyage à Nantes : « entrez dans la transe » avec Pick up Production ! »

    1. Bonsoir Philippe,
      Mais oui, pourquoi donc ? 😉
      Sans doute parce que vous avez trouvé ailleurs d’autres surprises, que vous avez vécu des moments merveilleux et forts ? Il est difficile de se démultiplier et le blogging est donc comme un chemin de Compostelle où les voyageurs, partis de différents endroits, se rejoignent à un moment donné.
      Au plaisir de vous retrouver donc ici… ou ailleurs ! 🙂
      Catherine
      PS : pour me permettre d’apprécier mes « propositions bloguesques », n’hésitez-pas à m’évaluer objectivement. 🙂

      J'aime

  1. J’attendais avec impatience ton article sur ce sujet, et je dois dire que je ne suis pas déçue du voyage ! Un seul regret, c’est que cet art soit éphémère… Tes photos et les explications sont si fortes que l’on a l’impression d’avoir pu pénétrer dans cette prison… et presque d’y avoir été enfermé… En tout cas, l’angoisse est bien là !
    Bravo à tous ces artistes, et à toi Cat, pour ton magnifique article.
    Je te souhaite une belle semaine 🙂

    J'aime

    1. Chère Nat,
      Alors comme cela « j’étais attendue au tournant » ? 😉
      Merci pour tes appréciations valorisantes. J’espère les mériter et, malgré tout, ne pas risquer de vous faire faire des cauchemars… 😦
      Mea culpa, comme je l’ai plus ou moins expliqué à Nath ce matin ou sur FB, le temps consacré aux réseaux sociaux et en particulier la lecture de tous vos articles (qui se révéleront certainement passionnants lorsque je les aurai enfin lus) est compliquée. Depuis février dernier, je tente d’avancer au mieux dans cette étape de ma carrière professionnelle et dois laisser « en stand by » moocs en limitant parallèlement présence sur le blog, sur les réseaux, etc. J’espère me rattraper ensuite car, pour tout dire, vous me manquez (tant de gentillesse, de sourires, de surprises, de simplicité, d’enthousiasme, de coups de gue… », de voyages, de performances, etc).
      Je te souhaite également une très agréable semaine.

      Aimé par 1 personne

  2. Aimer ou pas… il n’empêche que ça ne laisse pas indifférent. N’est-ce pas ce qui caractérise l’art ? Dans un lieu aussi chargé de sens et de sentiments lourds, je n’ai pas été surprise par des images de premier abord angoissantes. J’aurais plus été choquée par des images tout en fleurs bleues, en petits lapins blancs… et des représentations couleurs layette.
    J’ai vibré. Merci pour ce partage.

    J'aime

  3. C’est magnifique ! Oppressant, fort, cruel. Tu nous fait voyager en même temps que toi. C’est d’une puissance incroyable et chacun des univers nous rappelle à l’enfermement. Ca donne envie d’imaginer ce qu’aurait fait les prisonniers eux-mêmes si on leur avait donné de quoi s’exprimer sur leurs murs. Quelle force aussi ça aurait eu ! Moi personnellement j’adore ce que tu nous montres. je ne vais plus assez au musée, aux expositions et grâce à toi, je voyage. Merci Cat !

    J'aime

    1. Bonjour Nath,
      Merci pour cette vibration intense, si spontanée. Ton questionnement me fait réaliser que j’ai justement oublié de partager avec vous l’une des créations (il y en a plusieurs en France et dans le monde) réalisées par les prisonniers eux-mêmes sous l’impulsion d’artistes.
      Ce voyage a été effectué au début de l’été et je craignais de ne pouvoir le partager que trop tard tant je manque de temps.
      Un projet d’évolution professionnelle m’occupe beaucoup et m’empêche, comme tu l’as peut-être constaté, de lire les articles nombreux de nos amis blogueurs. Encore quelque temps et j’espère que cela ira mieux !
      Merci par avance, belle fin de semaine.

      J'aime

        1. Merci Nath. Aucune visibilité pour l’instant mais bon « still going on »… car, comme dit Souchon « on avance, on avance.. parce qu’on a pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens »…

          Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.