Avec ou sans couleurs, des enseignes éternellement lumineuses…

Pour celles et ceux qui, comme moi, l’auraient éventuellement perdu, l’été permet occasionnellement de retrouver son latin et, notamment, l’ « otium » ou le « vitiosus », certes moins connus que les « bravos » des « forums » publics^^. En effet, durant cette période, l’oisiveté ubiquitaire nous loge curieusement « à la même enseigne » (Sénèque), préservant notre temps libre, tout en nous occupant à des milliers de « riens ».

Au-delà de ce concept stoïcien du bonheur, en souvenir de mes voyages, à Nantes et ailleurs, en France, j’ai donc voulu mettre à profit ces vacances pour en savoir plus sur ces fameuses « enseignes« , sous leur symbolique matérielle du moins…

Evocateurs de faits économiques, religieux, privés ou collectifs, ces médias publicitaires n’ont pas eu besoin d’être polychromes pour constituer des supports de communication universels, contrairement aux raisons pour lesquelles les enseignes désignaient autrefois les couleurs des cartes, porteuses intrinsèques d’un message spécifique (cf mon précédent article).

Enseigne insolite-Cormeilles (27) ©CuriousCat-DSC06682-min
Enseigne insolite-Cormeilles (27) ©CuriousCat

Destiné, à l’origine, aux passants illettrés, cet art expressif ancien a évolué au fil du temps : fresques, sculptures sur pans de bois, plaques de tôle ornées d’un dessin, enseignes en fer forgé,  en céramique, sur fond de verre lumineux, bas-relief sculpté dans la muraille, voire… enseigne vivante (à Paris, par exemple, « la « Truie qui file, le Coq-Héron, le Singe-Vert, étaient des animaux en cage dont l’adresse émerveillait les passants »). (1)

Enseigne-Quartier Bouffay-Nantes ©CuriousCat -DSC017958-min
Enseigne-Quartier Bouffay-Nantes ©CuriousCat
Enseigne de luthier-Rue des Cap Horniers-Nantes-©CuriousCat-DSC08531-min
Enseigne de luthier-Rue des Cap Horniers-Nantes-©CuriousCat
Enseigne insolite-Vannes (56)©CuriousCat-P1040715-min
Enseigne insolite-Vannes (56)©CuriousCat
Enseigne-Rue Kervegan-Nantes ©CuriousCat -DSC01333-min
Enseigne-Rue Kervegan-Nantes ©CuriousCat

Faire-savoir les savoir-faire est une « sociale attitude » participant d’une culture patrimoniale ancienne puisque les Romains, par exemple, utilisaient déjà les enseignes, au-dessus de leur entrée, pour indiquer la nature de leur statut et/ou activité professionnelle (artisan, auberge, profession libérale, confrérie, marchand de vin…). (2)

Le développement de ces artefacts fut particulièrement important au Moyen-Age, pour plusieurs raisons. Les « cris » et l’image, vantant les produits et/ou services, offraient effectivement un code visuel publicitaire, compréhensible par tous. Par ailleurs, la référence à une enseigne connue servait également de repère, en l’absence de nom de rues ou de maisons (à Paris, la « place Saint-Michel » dut ainsi son nom à une maison qui portait, pour enseigne, la figure de l’archange terrassant le démon »). (1)

Sérieux, fantaisiste ou humoristique, leur sens était parfois caché, sous un rébus intriguant, à l’instar de cette savoureuse anecdote de l' »Épi scié » (Cf. 1). Obligatoires jusqu’au 16ème siècle, les enseignes devinrent facultatives sous Louis XIV pour finalement disparaître, majoritairement, à la Restauration, frappées d’un impôt parce qu’elles empiétaient, à divers titres, sur l’espace public (nombre, volume, bruit). (1)

Régies par le code de l’environnement (article L.581-3), elles conservent aujourd’hui un pouvoir pédagogique et attractif extraordinaire qui n’a pas manqué d’inspirer les artistes qui ont profité de la carte blanche offerte par le Voyage à Nantes pour animer joyeusement, de leurs créations « délirantes« , l’ensemble de notre ville.

Enseigne-Rue du Mal Joffre-VAN-Nantes ©CuriousCat -DSC00178-min
Enseigne-automate rue Joffre-Voyage à Nantes 2018-©CuriousCat
Automates rue Joffre-Voyage à Nantes 2018-©CuriousCat-DSC00188-min
Enseigne-automate rue Joffre-Voyage à Nantes 2018-©CuriousCat

A présent que vous connaissez les « sens dessus-dessous » des enseignes, n’oubliez pas de lever les yeux durant vos vacances, en continuant à cultiver le « farniente« .

Très bel été…

colorfullcat

Nota : Toutes les photos sont personnelles et donc © CuriousCat. Leur reproduction nécessite mon accord.

 

 

Sources :

(1) https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article13371

(2) http://hansi.chez.com/enseignes.htm

Publicités

9 réflexions au sujet de « Avec ou sans couleurs, des enseignes éternellement lumineuses… »

  1. Quelle plaisir de retrouver vos articles, toujours aussi érudit. Les enseignes de Nantes sont effectivement très drôles. En ce qui me concerne, je séjourne actuellement à l’enseigne du Lit on dort.

    J'aime

    1. Bonsoir Rachel, Merci pour ta patience fidèle et ton sympathique commentaire. Je n’ai pas écrit les articles que je souhaitais qui me prendraient un temps dont je ne disposerai guère avant la fin de mes examens, début novembre. Néanmoins, je m’en veux de n’avoir rien posté depuis janvier aussi ai-je essayé de trouver dans cet article (que je trouve réduit pour ma part ! ;-)) le compromis. Te semble-t-il bon ?

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.