Le blob, « péril jaune » polymorphe ou génie tutélaire ?

En revenant sur l’édition 2019 de la « nuit européenne des chercheurs« , un récent voyage sur « la toile » m’a permis de découvrir le  » blob  » (*), auquel Audrey Dussutour, éthologue du CNRS de Toulouse, consacre une grande partie de ses travaux  de recherche.

Une expérience de sérendipité, digne du conte de Louis de Mailly, que vous avez peut-être déjà vécue, dans la nature, en croisant ce mystérieux « physarum polycephalum« , sans probablement imaginer ses pouvoirs surnaturels.

« Aux frontières du réel », suivons cette  » blob-trotteuse  » passionnée pour découvrir ce rampant, au thésaurus imprécis qui, au-delà de son aspect et de son odeur de moisi, est incroyablement attirant…

Blob-640_fg4_0980_c_f-g_grandin_mnhn-app.goo.gl-w5L4qnEYD42zp62L6-min
Blob © MNHN F-G G. Randin

Une apparence aussi énigmatique que son nom

Caché sous les écorces, ou dans certains coins sombres, à l’abri de la lumière, ce myxomycète (du grec « myxo », gélatineux, et de la racine « myc », champignon), vit principalement dans les sous-bois. On en trouve sur différents territoires de notre planète.

Il peut se présenter sous différentes formes (rond, arborescent, informe…) et couleurs (blanc, rose, noir, vert…), même si le jaune est plus fréquent

A l’instar de la créature gluante éponyme, d’un célèbre film américain, des années 50, la couleur jaunâtre, symbolique et ambivalente de cet « alien » doit-elle nous faire « bloblo…ter » ? (**)

En réalité, le blob est inoffensif. Apparu sur Terre, il y a près d’un milliard d’années, il est même indispensable à notre écosystème (biodiversité via la génération de micronutriments nécessaires aux plantes, recyclage des métaux lourds…).

 » Dans l’évolution, c’est un chaînon manquant entre les organismes unicellulaires et nous.  » (Audrey Dussutour – Journal du Dimanche, 31/05/17) (1)

Un amibozoaire qui défie les lois de la biologie

Découvert en 1973, dans le jardin d’une américaine, ce microorganisme eucaryote suscite l’intérêt des médias depuis lors. Jusqu’aux recherches du CNRS, cette créature semblait néanmoins inclassable.

Ni champignon, ni plante, ni  animal, le blob est en fait un organisme unicellulaire dont le corps (plasmodium) peut potentiellement atteindre 10 m2 (contre 0.01 pour une cellule humaine).

Ce n’est toutefois pas la moindre de ses étonnantes capacités. En effet :

  • il se repère parfaitement dans l’espace, bien qu’il n’ait pas d’yeux,
  • sans nez, il respire pourtant,
  • dépourvu de bouche et d’estomac, il digère néanmoins sa nourriture (bactéries, champignons, dans la nature ; avoine, en laboratoire) ; manger est essentiel à sa santé, aussi passe-t-il sa vie à ramper derrière la nourriture. (1)
  • sa croissance est exponentielle : il double de taille chaque jour,
  • dénué de pattes, il se déplace en utilisant son système veineux (dans lequel circule son « sang »), à raison de 2 à 4 cm/heure. Ses pseudopodes (déformations de sa membrane plasmique) lui permettent même de se déplacer simultanément dans plusieurs directions (un pas en avant, un demi-pas en arrière).
  • avec 720 genres sexuels, il se reproduit facilement, par spores (comme le champignon),
  • il ne craint ni l’eau, ni le feu mais fuit la lumière,
  • coupé en deux, il cicatrise en 2 minutes. En cas de dispersion, les morceaux peuvent même devenir des clônes indépendants,
  • après des années sans manger et se réveiller, cet « ovni » (***) peut se régénérer si on le réhydrate et le nourrit. Quasiment immortel !..

Ses propriétés antifongiques et antibactéricides ouvrent de multiples et positives perspectives médicales et technologiques (dépollution des sols, nouveaux antibiotiques, traitement efficace du cancer, optimisation de réseaux…).

Un génie de l’adaptation

Sous son allure d’œufs brouillés, et bien qu’il n’ait pas de cerveau, cet organisme primitif, cache également une singulière intelligence.

Blob©Audrey Dussutour-CRCA-CNRS-Photothèque-minDans une étude, publiée dans Proceedings of the Royal Society B, Romain Boisseau (chercheur en biologie de l’Université Toulouse III Paul-Sabatier),  David Vogel et Audrey Dussutour (équipe du centre de recherche sur la cognition animale du CNRS), ont démontré que physarum polycephalum sait tirer des leçons de ses expériences afin de se nourrir sans risque.

Confrontés à des substances amères (café, quinine ou sel), différents groupes de protistes, d’abord méfiants, ont réalisé leur innocuité et fini par les traverser pour accéder à leur source de nourriture.

Après quelques jours, sans stimulus, l’habituation n’opère néanmoins plus.

Autre découverte (3-4) :  le blob est capable de mémoriser et communiquer ses  apprentissages, à un congénère, en fusionnant avec lui (explications de ce processus transmissif ci-dessous) :

Fusion de blobs©David Vogel -Futura planète-min
Deux Physarum « expérimentés », ou « habitués » (H), ont fusionné avec un blob « naïf » (N). À droite, l’observation, au moins trois heures plus tard, montre la formation d’un canal entre les deux organismes. © David Vogel

Un modèle complexe inspirant

Plusieurs scientifiques (tel le Pr. Andrew Adamatzky, de Bristol) s’intéressent au potentiel du blob (développement de nouveaux paradigmes informatiques, nouvelles conceptions de la robotique…).

En collaboration avec une équipe de l’université de Kobe (Japon), Klaus-Peter Zauner, du département Electronics and Computer Science, de l’université de Southampton (Royaume-Uni), a ainsi eu, en 2006, l’idée d’utiliser les capteurs sensoriels du blob, répartis sur les diverticules de cytoplasme, pour piloter un robot, via un ordinateur distant.

En 2011, le réseau performant du blob, pour se nourrir et se déplacer, mis en avant par le biophysicien japonais Toshiyuki Nagaki, a inspiré la modélisation du « réseau ferroviaire complexe autour de Tokyo«  (tous les détails sur 5).

Une notoriété grandissante

Depuis sa rencontre avec le blob, le 10 novembre 2008, la biologiste Audrey Dussutour multiplie les animations (conférences, radio, télé…).

img-Blob-app.goo.gl-AR7p2nd9dp8r6Xmd8-minAvec beaucoup d’humour, en sus de sa page Facebook, elle a notamment réalisé un tutoriel permettant d' » apprendre à réveiller, élever, manipuler, expérimenter mais surtout rendormir le blob « .

Parallèlement à l’enthousiasme de certains internautes passionnés, cette vulgarisation scientifique a généré un nouveau marché.

Moyennant 40 euros environ, chaque biologiste amateur peut désormais acheter, sur internet, des « kits de culture Blob » (boîtes de pétri préparées), auprès d’une huitaine de fournisseurs de matériels de laboratoires. Faute de données chiffrées, le poids économique de ce business est toutefois difficile à évaluer.

Signe de cette communauté d’intérêt élargie, un blob est même devenu le « pensionnaire » atypique du parc zoologique de Vincennes, depuis octobre 2019.

En lien avec les missions du muséum, il s’agit, pour le naturaliste Bruno David, Président du Muséum national d’histoire naturelle, de «  faire découvrir les mystères de la nature ».

Le protocole d’élevage, supervisé par l’équipe scientifique, nécessite 1h30 à 2h de travail quotidien pour les 3 jardiniers dédiés. Explications, en images (1:41) :

Insolite et fascinant, physarum polycephalum a donné à Jacques Mitch l’envie de réaliser un documentaire scientifique « , animé » par Audrey Dussutour. Deux aides du CNC lui ont d’ailleurs été accordées : l’une, « sélective à la préparation », et l’autre, « sélective à la production ». (3)

En octobre dernier, « Le blob, un génie sans cerveau  » a obtenu le Prix du Public, au Festival Pariscience. Après le Japon (NHK) et la Suède (SVT), il poursuit son tour du monde.

Quoique sélectionné pour le Fipadoc de Biarritz 2020 (21 au 26 janvier), ce documentaire ne figure pas au palmarès 2020. Néanmoins, la chaîne Arte le diffusera courant mars.

Trailer du film (1:03) :

Pour finir, le replay de la conférence d’Audrey Dussutour dans le cadre des « Mardis de l’Espace des sciences » du 19/09/18 (1:26). A vos « starting blob » : https://www.youtube.com/watch?v=wjzEMIox_a8 !

CuriousCat

chat-sciences-z8oBTrITk1hczT7bB5amZkLiyTo-min Chers visiteurs : n’oubliez-pas de cliquer sur les liens hypertextes pour en savoir plus. Pour que votre visite ne demeure pas tristement fantôme (peu encourageant), merci de manifester votre intérêt (like, étoile, commentaires…).

Par ailleurs, les évaluations ne fonctionnent actuellement que sur Chrome ?… Le texte et les photos sont a priori OK sur Mozilla Firefox mais coupés sur Internet Explorer…). Pour afficher la « timeline Twitter, penser à « désactiver le blocage éventuel de contenu », sur votre ordinateur, au niveau de l’url du site.

Sources :

  1. https://www.lejdd.fr/Societe/Sciences/a-la-rencontre-du-blob-cet-organisme-ni-animal-ni-vegetal-ni-champignon-3347009
  2. https://www.cnc.fr/series-tv/actualites/le-blob-un-drole-de-heros-de-documentaire-scientifique_1114195
  3. https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/botanique-blob-memorise-cerveau-absorbant-substances-62597/
  4. https://usbeketrica.com/article/l-incroyable-blob-qui-peut-fusionner-et-transmettre-son-savoir
  5. https://www.urbanews.fr/2011/02/01/11010-modeliser-un-reseau-ferre-grace-a-un-micro-organisme/

Autres sources utiles :

(*) Second degré, ou pas, les Anglais l’appellent « vomi de chien ».

(**) Ce verbe inusité semble parfaitement dériver de cette créature…^^

(***) Organisme Vivant Non Identifié

2 réflexions au sujet de « Le blob, « péril jaune » polymorphe ou génie tutélaire ? »

  1. Beau reportage. J’avais vu un documentaire télévisé dans lequel cet organisme avait été évoqué. Ce qui me surprend c’est qu’avec 500 millions d’années d’existence (calculé comment ?), et présent « sur toute la planète, quel que soit le climat » on le découvre qu’en 1973 seulement !
    Merci pour ce partage.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.