Expo « Meute », à Nantes : la griffe chromatique d’un art sauvage

ROROlafrite-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

Face à la pandémie Covid, les communautés artistiques semblent, plus que jamais, trouver dans le concept culturel du vivre ensemble, même éphémère, une force résiliente.

Pour fêter ses 5 ans, l’association rezéenne « La Griffe » a ainsi récemment invité 17 artistes à investir les ateliers Magellan de Nantes afin de créer une œuvre commune, »hors normes », sur le thème de la « Meute« .

Durant une dizaine de jours (29/09 au 10/10/20), le collectif a transformé cet ancien atelier de métallerie des bords de Loire en « écrin de couleurs, d’ambiances et de convivialité » (1), métamorphosant notre regard et exacerbant notre conscience, via son ajna démesuré.

Traversons à présent le « miroir du temps » pour revenir au 07/10 (date de ma visite) et laisser la magie, de cet extraordinaire imaginarium coloré, nous transporter ailleurs…

Chachitta (S.Jardy)-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

A l’instar des loups, la symbolique identitaire du groupe est perceptible dès l’entrée de cette « tannière » urbaine : importance de disposer, même provisoirement, d’un « territoire » où se retrouver, « faire avec », autour de besoins et valeurs communs, reprendre des forces, en sécurité…

Crocs menaçants, tel « Akela » (l’imposant mâle alpha du « Livre de la jungle »), la « bête » rouge, jaune et bleue, fantasmagorique, du peintre-dessinateur Bartex (2), incarne, dans la matière, la « griffe débridée créative » de sa « horde », semblant veiller sauvagement sur son clan disparate : têtes félines, canidés et personnages variés en acier, entremêlés de peluches « de tous poils »…

D.BARTEX-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat
D.Bartex-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

Fil rouge de l’exposition, l’imaginaire immerge le visiteur dans un espace surréaliste, digne d’univers cinématographiques aussi excentriques que poétiques (T. Burton, J.P. Jeunet…).

Sans accroc, l’équipe de la Griffe a su créer, in situ, avec le Bureau d’Etudes Spatiales, les conditions pour permettre aux artistes (Katja Tigre de Feu, Roro la Frite, Juya Louisa, Gilles Bouly, David Bartex, KazyUsclef, Solenne Capmas, Mimi Bang, Willy Ténia, Freaky Nasa, Mathi MathosDogzilla, LL Cool Jo, Bambi, Oriane Poncet, Chachit) de conjuguer, au pluriel, leurs singularités.

Bricoleurs(euses), peintres, sérigraphes, plasticiens, sculpteurs(trices), collectionneurs(euses), costumiers(ères) et scénographes se sont ainsi transformés en « peintres du silence », « poètes du cri d’alerte », « pitres des maux »… tout en conservant leurs motivations respectives.

En maints endroits du hangar, les composantes oniriques et humoristiques, de cette confrontation « cœur à cœur », ouvrent de multiples pop-ups subliminales étoilées dans l’âme du visiteur.

Dans cet espace de liberté, la rencontre avec des « alter egos émotionnels », semble avoir, pour plusieurs d’entre-eux, permis de fertiliser l’imaginaire de leur « versant animal » (Bailly, 2007-Bayard).

Katja Bot Tigre de Feu-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat
Mimi Bang (Milena Menglier)-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

Charismatique, l’autel très kitch, de Juya Louisa (affectueusement surnommée « Juju » par son amie artiste que j’interroge), dédié à son ancien compagnon à 4 pattes, évoque fortement la symbolique du chien.

Faute de l’avoir rencontrée, difficile de savoir alors si l’artiste a, plus ou moins consciemment, fait l’allégorie du « modèle de vie émancipée de toute tutelle, combinant les destins croisés et créatifs du chien et de l’homme » évoqué dans « Cave Canem« .

Juya Louisa-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

Un peu plus loin… entre jeux forains et spectacle, les catcheurs canins du « Dogzilla » déjanté d’Adèle Vigneau et Margaux Alexandre (atelier du Dahu, à Nantes), créés après leur rencontre, en 2018, année du Chien de Terre, dans le calendrier chinois.

Cependant, l’interpellation, ou le sens caché, ne sont pas systématiques. Il s’agit, parfois, d’un art pour l’art.

Créatrice des « pans » en tissu (où les têtes félines sont masquées, tels de vrais lutteurs, peut-être pour mieux cacher une sensibilité exacerbée et l’ambivalence du plaisir, autant que la crainte, de la confrontation au regard extérieur), »Roro la Fritte » (n.i Joséphine), explique ainsi sa démarche personnelle (3) :

« Ce que je fais n’a pas de sens, pas de discours. Tout est intuitif et spontané. Je fais pour faire, parce que ça me fait du bien, parce que c’est important de faire. Faire ensemble est pour moi LA solution, provoquer les aventures, sortir de son quotidien.

Parce que l’harmonie se dévoile souvent par l’union des contraires, certaines œuvres artistiques semblent aussi exprimer, de manière criante ou allégorique, le besoin d’un nouveau projet de société, où l’homme, rendu à sa dignité sauvage, à l’écoute de l’ensemble du monde environnant, ne se comporterait plus en maître mais deviendrait réellement partie prenante.

D.Bartex et G.Bouly-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

En face du lynchage ci-dessus, la scène du loup, à terre, entouré d’une « horde ailée », rappelle la célèbre citation du philosophe anglais Hobbes : « l’homme est un loup pour l’homme« .

Solenne Capmas-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes ©CuriousCat

Selon le sens de la locution latine initiale de Plaute, la peur de l’inconnu n’est-elle pas plus grande que sa violence présupposée ? La meute, qu’Elias Canetti qualifie de « masse« , protège-t-elle ou entretient-elle cette potentielle erreur ?…

Que l’on adhère, ou non, à cette forme expressive, l’exposition aura indubitablement eu le mérite de faire également réfléchir au sens de la « meute », à la notion d’ensauvagement et de contrat social (« pacte des loups »), à l’instar de quelque « serious game« .

N’est-ce pas là l’alchimie de l’art ?

Mathi Mathos-Expo Meute-La Griffe-Ateliers Magellan-Nantes©CuriousCat

En tant que chantier culturel global éphémère (présence, créations artistiques, contexte de l’action, interaction avec le public… ), l’exposition « Meute » s’est achevée, comme prévu, samedi dernier par la mise aux enchères de toutes les productions, par maître Aimé Lévy Toussaint. (3)

CuriousCat

colorfullcat

Nota : Les photos ©CuriousCat sont personnelles (pas de reproduction sans mon accord). 

Sources

  1. https://www.la-griffe.net/meute/
  2. Découvert avec Royal de Luxe (D.Bartex étant à l’origine du mur tombé du ciel) et, en 2017, dans l’enceinte de l’ancienne prison de Nantes, pour le Voyage à Nantes)
  3. Pour revoir l’évènement et la présentation des artistes : https://www.facebook.com/assolagriffe/posts/1701457550013960/

Chers visiteurs : n’oubliez-pas de cliquer sur les liens hypertextes pour en savoir plus.

Pour que votre visite ne demeure pas tristement fantôme, dans les Google Analytics, merci de manifester votre intérêt (like, étoile, commentaires).

4 réflexions au sujet de « Expo « Meute », à Nantes : la griffe chromatique d’un art sauvage »

  1. Une exposition que je serais bien allé voir lors d’une venue à Nantes, mais j’ai cru comprendre qu’elle avait un caractère éphémère, dommage.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.