Cercles de couleurs… féeriques

Fairy rings-f27fd13fde4e3ee1c3ee0c0436a9029bDepuis toujours, science et magie entretiennent des liens assez ambivalents. En chimie notamment, les démonstrations qualifiées de « magiques » ne manquent pas. De son côté, la magie est assez largement issue de techniques scientifiques. Pour illustrer ce qui n’est pas nécessairement paradoxal, je reviendrai ici sur le curieux phénomène des « ronds de sorcière« (1) et « cercles de fées« (2), découvert lors de mon article sur les marais salants qui, in fine, « vous en fera voir de toutes les couleurs » dans différents environnements

De quoi s’agit-il ? Comment expliquer ces phénomènes étranges ?

Ces anneaux féeriques sont-ils l’empreinte énigmatique, éphémère et colorée, de quelque créature fantastique ?

N’en déplaise aux amateurs d’ésotérisme, il semble que, qu’elle qu’en soit la couleur et l’environnement, ces phénomènes sont en réalité parfaitement naturels, même si de nombreuses traditions leur ont régulièrement attribué des pouvoirs tantôt bénéfiques, tantôt maléfiques !…

Dans les marais salants

En milieu de saison, lorsque l’eau contient environ cent grammes de sel par litre, des ronds concentriques, de 40 à 50 cm de diamètre, apparaissent souvent à la surface du fond argileux des fares, bassins de marais-salants qui accélèrent la transformation de l’eau de mer en saumure avant la cristallisation du sel dans l’œillet.

Prosaïquement, ces anneaux sont a priori formés de cyanobactéries oscillaires, remontant des profondeurs de la vase vers la lumière, particulièrement résistantes aux conditions extrêmes, qui se seraient développées, il y a 550 millions d’années (première forme de vie terrestre).

Ronds de sorcière-marais salants-images.duckduckgo.com-min

En août 2015, des paléontologues sibériens, venus chercher à Guérande, en Loire-Atlantique, les traces hypothétiques d’un stade évolutif de la croûte terrestre (l’Ediacarien), ont relevé que quelques anneaux, semblables à de très anciens fossiles, s’apparentent aux tapis microbiens forestiers, donnant à penser que certains champignons influeraient sur le développement des cyanobactéries et des diatomées.

Retour en arrière en attendant de découvrir l’intégralité des résultats de leurs recherches, en 2019 : http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/544/reader/reader.html#!preferred/1/package/544/pub/545/page/8

Pourquoi les couleurs sont-elles variables ?

Pas de certitude absolue mais l’hypothèse que, en se reconstituant à des vitesses différentes, le tapis provoquerait ces changements de couleur, assortie de questions corollaires : la croissance des champignons dégrade-t-elle la couche superficielle du tapis microbien, les cyanobactéries et les diatomées se séparent-elles pour des raisons inexpliquées ?….

Lire la suite

« Saü » patrimonial et couleurs à la pelle

En France, hormis celui de Paris et Grenoble, le laboratoire Arc’Antique de Nantes est le seul capable de restaurer tous les matériaux (céramique, métaux, verre et autres objets organiques..). Lors des Journées du Patrimoine, j’y découvris un lyophilisateur doté d’un logiciel de calculs des températures permettant d’assécher des matériaux organiques, ayant séjourné longtemps en mer, sans les détériorer. Comme une bulle libérée de mon inconscient, cette évocation fit remonter, en surface, le souvenir magique de l’ambivalent pouvoir du sel

les-marais-salants-de-guerande-en-loire-atlantique-minL’effet corrosif du sel évoque effectivement son paradoxal pouvoir de « mort » (agent polluant des papyrus, pouvoirs maléfiques, rituel de momification) et de vie  (biologiquement vital, bénéfique pour la conservation des aliments, pour la médecine, l’agriculture, la blanchisserie, la fonte de la neige…), ambivalence qu’Hippocrate, expliquait déjà par le fait que cette substance mystérieuse, quasi surnaturelle, soit « valorisée positivement et négativement« .

Faut-il chercher, dans l’origine de cet « or blanc », la genèse d’un tel pouvoir ? 

Oui, partiellement, mais peut-être préférerez-vous la légende de Chen et Liu à l’explication scientifique suivante ?

« Le soleil attire les parties les plus fines de l’eau et les élève dans l’air. La saumure reste en bas à cause de son épaisseur et de son poids : c’est ce qui donne naissance au sel ».

800x600_marais-soleilweb-691379-min

Magique ou pas, le sel demeure, depuis toujours, précieux, au sens propre comme au figuré.:-) (1) Au-delà de l’aspect symbolique, son histoire a croisé, depuis longtemps, celle des hommes : ration de sel devenue «la paie» (« salaire« ), la gabelle médiévale, la contrebande, les expressions populaires telles «sel de la vie» ou « mettre son grain de sel« , etc. (2) « Saü » l’y-laisse donc ! ^^

Comment les propriétés biologiques du sel amènent-elles une poésie colorée ?

Bien que les critères aient varié au fil des siècles, le sel consommé actuellement est généralement blanc, sa couleur provenant du calcium, du potassium et du magnésium. Selon la quantité de fer, de zinc, de cuivre d’iode ou de fluor qu’il contient, il peut néanmoins se teinter parfois de vert, de bleu, de gris ou de rose.(3)

Lire la suite

Soleil epiphanês pour toile de Janus

Un peu comme une icône, le soleil a écrit ce soir une très belle histoire ! Au risque de sembler souffler le chaud et le froid, le spectacle de feu du soleil, ce soir, succède donc, involontairement, sans facétie aucune, aux sculptures de glace d’hier…

coucher-de-soleil-epiphanie-2017-dsc07725-min

Comme une tempera, une émulsion solaire a recouvert le ciel,

magique, epiphanês, annonçant le Messie.

Une palette symbolique d’or, d’encens et de myrrhe,

parant la voûte céleste de couleurs royales.

Son cœur incandescent, avant d’être caché,

partage sa janusienne beauté et son brûlant baiser.

Demain, l’étoile se lèvera, d’un air évangélique,

ravie de s’être payé, ce soir, la grande part du gâteau.

A défaut de la fève, nous aurons ainsi, pour toujours,

le souvenir lumineux de ce divin moment.

 

©CuriousCat

CuriousCat-J;Menuet-CnZ2wc2WAAA7SxM-min

 

 

Couleurs du « Nouvel An au Monde de Glace et de Neige de Harbin » (Chine)

www-gifcreator-me_70qfxt

Tandis que mon aîné fêtait, hier, son anniversaire, fier comme le coq gaulois (mascotte de son équipe de rugby), les chinois de la ville de Harbin préparaient, à leur façon, l’arrivée d’un autre galliforme, le « Coq de Feu Rouge » (丁酉), symbole zodiacal du nouvel an chinois 2017 qui débutera le 28 janvier prochain.

harbin-hbf1-harbin-icesnow-world14-min

Comme tous les ans, cette capitale de la province mandchoue du Heilongjiang (Nord-est de la Chine), accueille effectivement le festival international de neige et de glace, au Parc Zhaolin. Lancé en 1963 mais interrompu plusieurs années, jusqu’en 1985, à cause de la révolution culturelle, ce festival a bénéficié des réformes économiques et de la volonté de modernisation et d’ouverture au monde de la ville. Son envergure est d’ailleurs désormais internationale.

 Avec des températures sibériennes de -30° Celcius en janvier (moyenne : de -17 à -38 parfois), la ville porte bien son nom de « ville glaciale« , offrant des conditions parfaites pour la réalisation et la conservation de sculptures sur glace. En revanche, il  sera, ici, difficile de qualifier le nouvel an chinois de son autre nom : « Festival du printemps » ! … 😉

Quelques repères avant d’admirer les sculptures, et surtout leurs illuminations, joliment colorées, visibles, du public, depuis la cérémonie d’ouverture de la 44ème exposition de Harbin, le 4 janvier  :

  • Période du festival : du 01/01 au 25/02/17
  • Surface de l’exposition : 600, 000 mètres carrés,
  • Matière première : provenant de la rivière voisine, la Songhua,
  • concepteurs : 30 concepteurs professionnels du Centre ayant participé à environ 70 expositions dans une trentaine de pays (y compris tropicaux, avec de la glace artificielle dans ce cas, conservée à -10° Celsius),
  • participants : 20 délégations d’artistes représentant 9 pays,
  • nombre de visiteurs attendus : plusieurs millions potentiels (30 millions en 2015),
  • Nature des sculptures : plutôt imposantes et hautes (150 mètres pour certaines), très sophistiquées, aux thématiques variées : sujets traditionnels du folklore chinois, comme les lanternes, scènes modernes avec lasers, etc. A titre indicatif, voici ce qu’indiquait, l’an dernier, Tan Jingxin, du Centre des arts de la sculpture de glace de Harbin, interrogé par deux journalistes du French people.cn :

« Au début, les conceptions étaient très simples, comme des bougies en glace ou des glaçons. Aujourd’hui, elles sont devenues plus complexes et comprennent souvent des monuments célèbres, comme la Grande Muraille ou la Tour Eiffel ».

festival-harbin-serveimage-min

Lire la suite

Monochromes ou multicolores, des fourmis « halluci-Nantes » !

Il y a peu, je partageais avec vous l’histoire de la Petite Géante de Royal de Luxe. Par association d’idées, me revint en mémoire l’histoire « Grand-mère que veux-tu ? » où, étrangement, « deux pas de fourmi » semblaient comparables à « trois pas de géant »… 

fourmis-fotoflexer_photo-min

fourmiz-output_ifgzec

Géantes, les fourmis ? Au sens figuré, oui, indubitablement : 10 000 espèces représentant 10 à 20% de la biomasse animale mondiale, des reines pouvant vivre jusqu’à une trentaine d’années, sans compter leurs morphologie et caractéristiques, leurs organisation et communication, leurs mœurs… Au sens propre aussi parfois, portant haut les couleurs de leur espèce.

Vous en doutez ? Alors, venez à Nantes ! Depuis le 9 mars, et jusqu’au 17 février 2017, « mille milliards de fourmis » ont effectivement envahi le Muséum d’Histoire Naturelle, dont une dizaine de géantes rouges, très impressionnantes, visibles sur la façade.

La scénographie « in vivo »  de l’agence Crocodile (cf vidéo du lien) valorise particulièrement l’exposition initialement conçue et réalisée par le Palais de la découverte, à Paris. De fait, ces insectes sont omniprésents :

  • dehors : dans le square Louis Bureau, « un tumulus de terre symbolise une fourmilière de laquelle s’échappent des fourmis chargées de fragments de feuilles » dont la taille et la couleur écarlate attire le regard, d’emblée  (1).
  • dedans : 10 mètres de galerie vitrée permettent aux visiteurs de suivre des fourmis tropicales (Atta Cephalotes ou fourmis champignonnistes) dans tous leurs déplacements.

Comme en milieu naturel, ces fourmis (plus rousses que rouges en réalité^^), transportent des feuilles, préalablement découpées (une colonie peut défolier un arbre en 24 à 48h), souvent assez lourdes (une fourmi pouvant porter jusqu’à 60 fois son poids), jusqu’au nid où se trouve le champignon qu’elles alimentent et qui, par commensalisme, permet, parallèlement, le développement des larves.

expo-fourms-nantes-curiouscat-dsc07119-min

expo-fourmis-nantes-curiouscat-img_1535-min-2

expo-fourms-nantes-curiouscat-dsc07121-min

Tous les aspects de leur vie y sont expliqués (système social, communication et comportement en groupe, défense, missions respectives…), de manière pédagogique, au travers de films, de maquettes 3D, de manipulations, d’une table tactile, mais aussi au travers de 3 vivariums permettant l’observation d’élevage.

Petit retour en images : https://www.youtube.com/watch?v=5iTcgNVkRxc (3.29 mn).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Impressionnantes, mais assez familières ces « petites bêtes », penserez-vous peut-être ? Pourtant, votre regard changera sans doute en découvrant certaines particularités ou espèces insolites d’un point de vue chromatique

Lire la suite

Couleurs chatoyantes du dernier soleil d’été

 

curiouscat-nantes-220916-nantes-min

Ce soir, le soleil a « mis le feu » et mon oeil-de-chat a été ébloui ! Regardez à votre tour par mon oculus et apprécions ensemble ses gammes colorées…

Le chat ouvrit les yeux,

Le soleil y entra.

Le chat ferma les yeux,

Le soleil y resta.

Voilà pourquoi, le soir,

Quand le chat se réveille,

J’aperçois dans le noir

Deux morceaux de soleil.

Maurice Carême
(1899-1978)

© Fondation Maurice Carêmecuriouscat-nantes-dsc07004-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07010-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07006-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07005-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07011-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07015-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07014-nantes-min

Fin de l’été ou pas, le soleil est là car it’s always….

colorfullcat

Nota : Toutes les photos sont personnelles et donc © CuriousCat. Leur reproduction nécessite mon accord.

Les moissons du ciel

L’été touche à sa fin. En guise de souvenir de la campagne rochelaise, ma carte postale pour tous :

Coucher de soleil en campagne-CuriousCat-DSC06850-min

Depuis son Panthéon, Arès veille les soldats de paille, par les hommes fauchés.

Témoins passifs et muets d’une guerre mécanique, digne des travaux d’Hercule,

ils reposent désormais, unis, couverts de plastique, sous les balles, couchés.

Dans un silence paisible, Déméter et Hélios fêtent leur crépuscule.

 

Coupé par leur faux d’or, le voile nuageux s’affaisse, exhalant ses vapeurs.

Derrière la cime des arbres, effilochée, au loin, la mantille fuligineuse,

découvre de rondes têtes brûlées qui, désormais noircies, pourraient presque faire peur

si l’ambre et le vermeil ne coloraient l’espace de teintes très lumineuses.

 

L’horizon s’anime, la brise légère du soir faisant onduler les ombres,

son frémissement magique transforme la campagne en savane africaine.

Les rapaces survolent les chaumes guettant leurs proies en dépit de la pénombre,

dont des « rats des moissons » cachés derrière les tiges grâce à leur taille naine.

 

Patient et laborieux, l’astre solaire trace de grands sillons dans le ciel,

qui, sous son feu sacré, est éclairé de malt, de jaune ou d’un bel orangé.

Moissonné, le firmament offre au jour défunt cette récolte couleur miel

en espérant sans doute voir, dès le lendemain, de nouvelles gerbes d’or lever.
 

©CuriousCat

CuriousCat-J;Menuet-CnZ2wc2WAAA7SxM-min

Enregistrer

Lavage de cerveau ? Prenez votre ticket !

ticket-index-min

« Si les chats aiment tant dormir, c’est parce que nous faisons des rêves merveilleux. Dans nos rêves, nous sommes libres de jouer partout où nous en avons envie, nous ne risquons jamais rien. »

Conversations avec mon chat -David Fischer

Alors, ce soir, jouerez-vous avec moi ? Rien à perdre, je vous l’assure, si ce n’est peut-être la tête 😉 … mais les grains de folie ne font-ils pas fleurir, à la boutonnière du cœur, le plus élégant des sourires ?
Vous n’êtes pas non plus à l’abri du succès et gagnerez peut-être à vous surprendre encore, alors…  k-521510056_1280x720-min

Lire la suite

De pourpre et d’or… le coucher du roi

Pas d’article, aujourd’hui, mais ce simple poème que m’a inspiré une photo que j’avais prise, l’été 2014, depuis notre balcon.

Impression soleil couchant

Coucher de soleil depuis le balcon-2014-Nantes-CuriousCat--min
Impression soleil couchant (©CuriousCat)

 

En cette soirée d’été, Juin et ses deux gémeaux étaient tous au balcon,

La fenêtre du cœur ouverte sur le monde,

Du solstice des jours, redorant le blason.

Le bleu céruléen s’ombre progressivement du spectre de la nuit,

La douceur vespérale laissant soudainement place à la mélancolie.

Sous le voile de Dieu, le soleil peu à peu se couche.

Phénix circadien, il enflamme l’horizon,

Empourprant tout l’azur et les nuages qu’il touche.

Nimbé de rayons d’or, Rê nous rappelle ainsi

Que son pouvoir christique lui prête toujours vie.

La myrrhe du crépuscule sait gommer la tristesse !

Réchauffé par l’étoffe aux vertues cardinales,

Le ciel, lilas et mordoré, berce son bel ami avec toute sa tendresse.

Catherine (©CuriousCat) 

colorfullcat

Médusés par « Cassiopea Andromeda » !

ob_664d16_le-s-radeau-x-del-la-meduse-accum-min

Peu après le départ du Belem et en mal d’insolite, je lançais à la mer une « curieuse bouteille« , en quête exploratoire de « nouveaux interdits« .

Sans être vraiment vieux jeu, celui du schmilblick s’est tout de suite présenté, « extension » dérivée d’un jeu radiophonique (*).^^ Pour corser l’affaire  : une photo-mystère et, pour « délier les langues », quelques subtils indices :

« Lumineuse(1) et céleste (2),

Chantée par une « princesse » (3),

Cette reine(4) très anglaise (5)

se trouve, sous la voûte, au point M31 (6)

et ici, bien au chaud, dans un site du 17. » (7)

Lire la suite