Le « temps du Prins »…

Rêverie solitaire, sur les bords de l’Erdre, un dimanche de printemps. Mon regard se perd au loin, plus rapide que mes pas, et soudain, un éclat de lumière… je découvre ce tableau naturel qui me met en émoi, m’inspire une photo et ce modeste poème. Cet espace servira de flacon pour conserver la mémoire des éclats de ce « ver sacrum » 2017… Sacré printemps ! 😉

Fluidité-©CuriousCat-1-DSC08457-min
« Fluidité printanière » ©CuriousCat

Bras dessus, bras dessous, la déesse Maïa et son ami, Printemps, longeaient les quais de l’Erdre.

Sœur cadette de la Loire, la rivière nantaise fêta avec éclat le « temps du prins« ,  saluant ces visiteurs  dont elle connaissait le rang.

Soulevée par le vent, sa crinoline révéla des rubans azurés, symboles de fidélité au noble roi soleil.

Fleur soleil ©CuriousCat -1-DSC06663-min
Fleur soleil ©CuriousCat

Lire la suite

Publicités

Aide-moi derrière mon masque

Je te donne l’impression que je suis fort
je te donne l’impression que je suis secure
que tout est ensoleillé en moi
à l’intérieur comme à l’extérieur.
Que « confiance » est mon nom
et que « calme » est mon surnom.
Que la mer est calme et que c’est moi le maître.
Que je n’ai besoin de personne
et que je m’arrange tout seul
Mais ne me crois pas,
je t’en supplie, écoute ce que je ne dis pas
Regarde-moi, tout semble bien aller;
je fais un visage sévère ou je ris tout le temps,
mais sous mon vrai masque toujours changeant qui me cache,
là est mon vrai moi, mon moi confus, apeuré, seul,
mais je le cache depuis si longtemps.
Personne ne doit le savoir,
mes faiblesses me font peur,
alors je joue au plus fort et j’ai peur
que l’on découvre ce petit enfant enfermé en moi,
qui a tellement soif d’amour et de tendresse
et qui aurait le goût de pleurer.
Alors, je me protège contre toi,
j’ai peur d’être découvert.
Je me protège de ton regard de bonté,
de ton oreille trop attentive.
J’ai peur que ton regard et que ton écoute
ne soient pas suivis d’accueil et d’amour.
J’ai peur que comme les autres tu me laisses tomber.
J’ai peur de baisser dans ton estime
alors je fais semblant d’être un autre
en disant par mon attitude « ne m’approche pas ».
Et pourtant, je voudrais que tu approches.
J’aurais besoin de t’ouvrir mon cœur
mais j’ai peur que tu ries de moi.
et si tout à coup tu riais de moi,
ton rire me ferait mourir et l’enfant blessé en moi
s’en remettrait très difficilement.
J’ai peur, j’ai peur de ma fragilité
et j’ai peur de ton regard,
j’ai peur que tu découvres qu’au fond de moi,
je ne suis rien
et que je suis si tendre, si fragile, si faible
là où toi tu parais si fort.
J’ai peur que tu vois que je ne suis
qu’un petit enfant blessé sous ma carapace.
Un petit enfant qui a refoulé ses larmes depuis si longtemps.
J’ai peur que tu le voies et me rejettes.
Alors je joue mon jeu, je fais semblant,
je me durcis, je fais des farces,
je joue mon jeu de théâtre
avec mon décor d’homme fort,
mon décor extérieur de sécurité.
Et pourtant, à l’intérieur, je tremble.
Je tremble comme un enfant fragile.
C’est pour cela que je m’amuse
à te parler de n’importe quoi.
Je te dis des riens et je te parle de tout,
sauf de ce qui crie en moi.
Je te parle de tout sauf de mon cœur,
sauf de ma blessure qui saigne.
Mais je t’en supplie,
ne te laisse pas tromper
par mon attitude froide, ou fermée, ou trop superficielle.
Je t’en supplie, écoute mon cœur qui ne parle pas,
mais qui aimerais tant pouvoir le dire pour me libérer.
Car toi seule pourrait me faire croire
que je vaux vraiment quelque chose,
qu’il y a du bon en moi
et que quelqu’un pourrait m’aimer pour moi-même.
Je voudrais m’ouvrir à toi.
Je voudrais être spontané, tendre et vrai;
car au fond, je déteste me cacher
et jouer ce jeu de masques
que je joue depuis si longtemps.
Je voudrais être moi-même mais je n’ose pas, j’ai peur.
J’ai peur de ne pas être accepté.
J’ai peur d’être jugé, rejeté,
et je suis enfermé derrière les barreaux de ma prison intérieure
et ne sais plus comment ouvrir la porte.
Alors je t’en supplie, approche-toi doucement…
il faut que tu m’aides.
Écoutes ce que je ne dis pas
et aime-moi derrière mon masque.
Peut-être que par ton amour inconditionnel
qui capte au-delà des apparences et des mots,
j’apprendrai à aimer la personne que je suis !!!

(Auteur inconnu)

colorfullcat

 

 

 

Soleil epiphanês pour toile de Janus

Un peu comme une icône, le soleil a écrit ce soir une très belle histoire ! Au risque de sembler souffler le chaud et le froid, le spectacle de feu du soleil, ce soir, succède donc, involontairement, sans facétie aucune, aux sculptures de glace d’hier…

coucher-de-soleil-epiphanie-2017-dsc07725-min

Comme une tempera, une émulsion solaire a recouvert le ciel,

magique, epiphanês, annonçant le Messie.

Une palette symbolique d’or, d’encens et de myrrhe,

parant la voûte céleste de couleurs royales.

Son cœur incandescent, avant d’être caché,

partage sa janusienne beauté et son brûlant baiser.

Demain, l’étoile se lèvera, d’un air évangélique,

ravie de s’être payé, ce soir, la grande part du gâteau.

A défaut de la fève, nous aurons ainsi, pour toujours,

le souvenir lumineux de ce divin moment.

©CuriousCat

Impression soleil couchant-@CuriousCat-min-min-min
Impression soleil couchant (©CuriousCat)

Couleurs chatoyantes du dernier soleil d’été

 

curiouscat-nantes-220916-nantes-min

Ce soir, le soleil a « mis le feu » et mon oeil-de-chat a été ébloui ! Regardez à votre tour par mon oculus et apprécions ensemble ses gammes colorées…

Le chat ouvrit les yeux,

Le soleil y entra.

Le chat ferma les yeux,

Le soleil y resta.

Voilà pourquoi, le soir,

Quand le chat se réveille,

J’aperçois dans le noir

Deux morceaux de soleil.

Maurice Carême
(1899-1978)

© Fondation Maurice Carêmecuriouscat-nantes-dsc07004-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07010-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07006-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07005-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07011-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07015-nantes-min

curiouscat-nantes-dsc07014-nantes-min

Fin de l’été ou pas, le soleil est là car it’s always….

colorfullcat

Nota : Toutes les photos sont personnelles et donc © CuriousCat. Leur reproduction nécessite mon accord.

Les moissons du ciel

L’été touche à sa fin. En guise de souvenir de la campagne rochelaise, ma carte postale pour tous :

Coucher de soleil en campagne-CuriousCat-DSC06850-min

Depuis son Panthéon, Arès veille les soldats de paille, par les hommes fauchés.

Témoins passifs et muets d’une guerre mécanique, digne des travaux d’Hercule,

ils reposent désormais, unis, couverts de plastique, sous les balles, couchés.

Dans un silence paisible, Déméter et Hélios fêtent leur crépuscule.

 

Coupé par leur faux d’or, le voile nuageux s’affaisse, exhalant ses vapeurs.

Derrière la cime des arbres, effilochée, au loin, la mantille fuligineuse,

découvre de rondes têtes brûlées qui, désormais noircies, pourraient presque faire peur

si l’ambre et le vermeil ne coloraient l’espace de teintes très lumineuses.

 

L’horizon s’anime, la brise légère du soir faisant onduler les ombres,

son frémissement magique transforme la campagne en savane africaine.

Les rapaces survolent les chaumes guettant leurs proies en dépit de la pénombre,

dont des « rats des moissons » cachés derrière les tiges grâce à leur taille naine.

 

Patient et laborieux, l’astre solaire trace de grands sillons dans le ciel,

qui, sous son feu sacré, est éclairé de malt, de jaune ou d’un bel orangé.

Moissonné, le firmament offre au jour défunt cette récolte couleur miel

en espérant sans doute voir, dès le lendemain, de nouvelles gerbes d’or lever.
©CuriousCat

Chat-©CuriousCat--DSC06023-min

 

 

Enregistrer

De pourpre et d’or… le coucher du roi

Pas d’article, aujourd’hui, mais ce simple poème que m’a inspiré une photo que j’avais prise, l’été 2014, depuis notre balcon.

Impression soleil couchant

Coucher de soleil depuis le balcon-2014-Nantes-CuriousCat--min
Impression soleil couchant (©CuriousCat)

 

En cette soirée d’été, Juin et ses deux gémeaux étaient tous au balcon,

La fenêtre du cœur ouverte sur le monde,

Du solstice des jours, redorant le blason.

Le bleu céruléen s’ombre progressivement du spectre de la nuit,

La douceur vespérale laissant soudainement place à la mélancolie.

Sous le voile de Dieu, le soleil peu à peu se couche.

Phénix circadien, il enflamme l’horizon,

Empourprant tout l’azur et les nuages qu’il touche.

Nimbé de rayons d’or, Rê nous rappelle ainsi

Que son pouvoir christique lui prête toujours vie.

La myrrhe du crépuscule sait gommer la tristesse !

Réchauffé par l’étoffe aux vertues cardinales,

Le ciel, lilas et mordoré, berce son bel ami avec toute sa tendresse.

Catherine (©CuriousCat) 

colorfullcat

Jardin secret…

Nénuphar-Curiouscat-P1050296-min

Dimanche, jour de repos, point d’article mais une promenade tranquille dans mon jardin secret…

Quelques-unes des plus récentes « inspirations symboliques » à de plus anciennes (en commençant par cette pivoine que je finirai aujourd’hui… ou pas si Nebrê vient me charmer de son « N°5 » sensuellement attractif….) :-))

Gouache aquarellée-@Curiouscat-min
Paeoniaceae inflorescence (© CuriousCat)

 

Lire la suite