Soleil epiphanês pour toile de Janus

Un peu comme une icône, le soleil a écrit ce soir une très belle histoire ! Au risque de sembler souffler le chaud et le froid, le spectacle de feu du soleil, ce soir, succède donc, involontairement, sans facétie aucune, aux sculptures de glace d’hier…

coucher-de-soleil-epiphanie-2017-dsc07725-min

Comme une tempera, une émulsion solaire a recouvert le ciel,

magique, epiphanês, annonçant le Messie.

Une palette symbolique d’or, d’encens et de myrrhe,

parant la voûte céleste de couleurs royales.

Son cœur incandescent, avant d’être caché,

partage sa janusienne beauté et son brûlant baiser.

Demain, l’étoile se lèvera, d’un air évangélique,

ravie de s’être payé, ce soir, la grande part du gâteau.

A défaut de la fève, nous aurons ainsi, pour toujours,

le souvenir lumineux de ce divin moment.

 

©CuriousCat

CuriousCat-J;Menuet-CnZ2wc2WAAA7SxM-min

 

 

Publicités

Feu les liaisons pyrotechniques dangereuses ?

Même si certains feux d’artifice seront probablement associés, quelque temps encore, à une actualité douloureuse, les explosions de joie répondent généralement à celles, très colorées, qui ponctuent l’année, où que l’on soit dans le monde, et que la danse de la vie accompagne dans sa ronde de rêves.

Au-delà de sa magie fracassante, la question de savoir si ce procédé pyrotechnique est un art ou une science ne se pose pas. Comme pour les couleurs, il fait effectivement appel aux sciences de l’art (le mot latin «artificium» signifie d’ailleurs «art, métier») autant qu’aux « sciences dures » (physique, notamment, mais surtout chimie).

Hanabi-images-minMalgré les arabesques tricolores, les cristaux violacés, les gerbes argent ou or, les panaches scintillants, les voiles de lune ou cascades de perles, les ombelles évacuées de leur plateau bombé… les hanabi conservent une réputation relativement sulfureuse^^ : celle d’une liaison de composés chimiques avant tout.gifs feux d'artifice

Mais alors, « l’art du feu » n’est-il que de la « poudre aux yeux » ? Comment l’innovation technologique pourrait-elle éventuellement « éclairer le débat » ?

Sans être explosives, les explications suivantes pourraient néanmoins vous surprendre, voire vous laisser rêveur…

Lire la suite

Play Me I’m Yours, la musique des couleurs

« En règle générale, la couleur n’est pas un moyen d’exercer une influence directe sur l’âme. La couleur est la touche. L’œil est le marteau. L’âme est le piano aux cordes nombreuses. L’artiste est la main qui, par l’usage convenable de telle ou telle touche, met l’âme humaine en vibration. Il est donc clair que l’harmonie des couleurs doit reposer uniquement sur le principe de l’entrée en contact efficace avec l’âme humaine. Cette base sera définie comme le principe de la nécessité intérieure. »
Du spirituel dans l’art, vassily kandinsky, édition denoel, coll. folio / essais, 1989, p. 112

Hier soir, le match France/Islande a réconcilié les français avec leur équipe nationale de foot, en musique et en couleurs. Au son de la Marseillaise, des guerriers aux nerfs plutôt émoussés, hurlaient leur joie au monde entier, l’Europe en particulier, le visage rayé de bleu, blanc et rouge, tels des indiens dans la ville (*).

piano coloré France-images-min

Oui, la musique était belle et le tableau vivant, pigmenté : drapeaux aux balcons, illumination de la Tour Eiffel… symboles culturels de la réussite et réussite aussi d’une certaine culture. Malgré les cris et les commentateurs sportifs, « tout doucement (envie de changer d’atmosphère d’attitude » ?)…pattounes patriotiques au seuil de mon âme, un ronron basse fréquence me mit en mode vibreur : »Play me, I’m yours..Play me I’m yours »…. « Play me, I’m yours » ???  Le temps de retomber sur ses pattes, mon sixième sens félin décrypta soudain cet appel entrant  : https://fr.ulule.com/play-me-im-yours/…. Quelqu’un cherche-t-il donc à « se jouer de moi » ?

 Ah, ça ira, ça ira, ça ira, les « Aristocats » à la Lanterne ! 😉

Lire la suite

« Apprêt-vous » ou l’art et la manière du DIY

Ma sortie d’hier soir devait être consacrée au « Débord de Loire« . Débordée, oui, la Loire mais, qui l’eut cru^^, les organisateurs aussi, comme je vous l’expliquerai plus tard…

Effondrée comme une crêpe, « ma pomme » avait besoin de « brut » pour se remettre… en douceur. Peindre étant difficile, faute de lumière, restait le tri de mes photos pour partager deux expos artistiques récentes démontrant, chacune à sa manière, qu’en la matière, « on est jamais mieux servi que par soi-même »…. et expliquant aussi, sans le chercher, le succès actuel du « DIY » (Do It Yourself) ou du DIWO (Do It With Others)…

Le 25 mai dernier, avant la conférence du « Goût de l’avenir » organisée au Lieu Unique de Nantes, j’avais découvert fortuitement l’expo. de Guy Brunet, réalisateur de l’imaginaire  « Studio Paravision« .

Expo G.BRUNET-Lu-Nantes-CuriousCat-DSC05616-min

En moins d’une demi-heure, je fus plongée dans « divers scénarios écrits à la main et agrémentés d’illustrations », particulièrement colorées, qui mettaient du pigment à cette soirée privée, dans ce « palais de la mémoire » cinématographique.

Lire la suite

Vulgaris scientia, un code couleur de bonne conduite

Médiation-min
Politique la science ? Peut-être, estimeront certains…mais vulgaire ?
Au risque de surprendre, ma réponse sera oui, étymologiquement parlant bien sûr. Aujourd’hui répandue, l’héritière de Théophile Gauthier cherche par tous les moyens à lever l’ambiguïté de son nom. Certes, la science qui est transmise, via la vulgarisation, n’est pas nécessairement celle des « comptes rendus de l’Académie des Sciences ou des périodiques de recherche ». Pour autant, les supports numériques procurent de plus en plus des solutions ludiques de partage  du corpus scientifique auprès du vulgum pecus.
Outil de choix pour une illustration, l’image scientifique est de plus en plus mise en scène sur les web médias (traitements infographiques, effets spéciaux, modélisations, etc) qui jouent de la couleur pour familiariser le public de manière séduisante.

Lire la suite

De la Loire à l’Erdre, histoire de « l’eau de là »

Pêcheurs, nous le sommes tous, si l’on se fie à la revue « Chasse et marées » qui, avis aux armateurs, est… une vraie bible pour les novices^^. Omission inconsciente ou peur de poule mouillée, je l’avoue aujourd’hui, mon récent récit de voyage in Nantes était très incomplet. Pour ne pas conserver cet oubli en travers de la gorge(*), retour à Chantenay pour une « histoire d’eau »….en tout bien tout honneur… 🙂

Butte Ste Anne-Nantes-Curiouscat-DSC05447-min
Musée J.Verne Butte Ste Anne-Nantes

Depuis la butte Ste Anne, où se trouve l’un des spots favoris des graffeurs nantais dont je vous ai parlé (« Street-art, qui « Perrault change« ), le regard est attiré par les façades joyeusement colorées de Trentemoult, ancien village de pêcheurs, situé en face, sur la rive gauche de la Loire. Dans ce quartier de Rezé, ne pas « discuter couleurs » serait une faute de goût tant les murs peints, façon kumadori, s’y donnent en représentation comme un kabuki de plein air. A l’origine, l’utilisation des reliquats de peinture destinée aux coques des bateaux ; aujourd’hui, également, la créativité artistique de nombreux résidents du village… Le Corbusier, charmé, y installa tout près sa Maison Radieuse, bétonnée, imposante et cependant…attirante comme une énorme barre parsemée de smarties.

Roquio_Trentemoult_2-Liaison Nantes-Trentemoult. Photo prise par Jibi44.-min

Pas le temps, cette fois-là, de patienter à la Gare maritime pour traverser le fleuve avec le navibus de la Tan, joli roquio aux couleurs vert et blanc de cette société de transports en commun de l’agglomération (tramways, busway, bus, navibus) mais un come back prochain pour flâner tranquillement dans les ruelles trentemousines et compléter les souvenirs d’Aurélie, blogueuse subjuguée par ce coin de paradis…

Dans l’immédiat,  lunettes de soleil sur le nez, suivez le guide :

Lire la suite

Jardin secret…

Nénuphar-Curiouscat-P1050296-min

Dimanche, jour de repos, point d’article mais une promenade tranquille dans mon jardin secret…

Quelques-unes des plus récentes « inspirations symboliques » à de plus anciennes (en commençant par cette pivoine que je finirai aujourd’hui… ou pas si Nebrê vient me charmer de son « N°5 » sensuellement attractif….) :-))

Gouache aquarellée-@Curiouscat-min
Paeoniaceae inflorescence (© CuriousCat)

 

Lire la suite

Street art, qui « Perrault change » ?

 Cendrillon-Audencia-Nantes-Curiouscat-DSC05364-minDerrière la vitre du tramway qui m’emmenait vers le campus, un dessin aperçu rapidement, sur une armoire électrique, avait attiré mon regard. Revenue sur les lieux, j’eus la même réaction que le professeur Brown de « Retour vers le futur » : « Nom de Zeus »…Cendrillon !

Posture de la danseuse, cinétique humaine versus énergie électrique, …au-delà de la symbolique contrastée (au sens propre, comme au figuré), j’étais autant émue de numériser cette narration magiquement colorée…que par le blaze enfantin de l’artiste graffeur à l’identité sélective forte et l’ironie situationnelle probable.
Même si la relation avec la littérature perraultienne transparaît souvent dans ses mises en scène (exil, posture d’abandon, juxtaposition d’une dynamique temporelle hip hop empruntée à Tchaïkovsky pour « la Belle au bois dormant », etc), son vrai nom n’est probablement connu que de ses pairs, les seuls à reconnaître aussi son graff qui, comme le tag, permet l’être et le paraître. (1)
Que le choix de ce nom et ses pochoirs semblent explicites, d’accord. Mais est-ce si important ? L’essentiel n’est-il pas dans la manifestation de son esprit humain, poétique parce qu’éphémère et altruiste dans sa diffusion, son œuvre esthétique transformant ainsi la cité en lieu de débat et « musée à ciel ouvert », accessible et gratuit pour tous ?
848078b5-a10d-40c8-bef1-3062d3380367-min
« Des histoires à dormir debout » jugeront, peut-être certains hermétiques. Sans « bettelheimisation » excessive, il me semble cependant que, quelle qu’en soit la perception, ce genre de récit poursuit effectivement, de manière moderne, la lecture des choses de la vie des anciens contes, contribuant librement aux repères individuels et collectifs de notre éducation culturelle.
La question éventuelle pourrait-elle être alors : qui « Perrault change », voire « qui perd au change » ? Pour le savoir, laissez-vous en conter… ^^

Lire la suite

Passeport… majestueusement insolite

passeport royal-minAvec tout le respect dû à sa personne, autant qu’à son rang, je crois pouvoir dire que la reine Elizabeth d’Angleterre nous a habitués, depuis longtemps, à «en faire voir de toutes les couleurs» à son entourage. Et pourtant, oh my God, le jour de son anniversaire (90 printemps aujourd’hui), je découvre que la reine est une irrégulière…shocking ! 😮

Parmi les privilèges de son statut particulier, « the royal lady » est effectivement la seule Britannique à ne posséder aucun papier (ni carte d’identité, passeport, permis de conduire, carte grise ou carte d’électeur….). Une « sans-papiers » donc… hey, what did you expect ? 🙂

DSC05359-min-1

Imaginer notre « dear queen » sans passeport assorti à ses tenues extravagantes… de quoi sucrer son thé trois fois et renverser sa tasse…

Stress post-traumatique sans doute, la possibilité de documents acidulés m’est apparue plausible.!? Pour ne pas « dépasser les mille bornes des limites », j’ai finalement essayé de garder la tête froide car n’est pas « ma queen » qui veut !

couleurs des passeports-min

Sauf cas particuliers (espace européen Schengen par exemple), tout voyageur “lambda”, doit en principe présenter son passeport pour voyager  hors de son pays.*

Pour en savoir plus, appuyez votre doigt ci-dessous et suivez-moi….

Lire la suite

Carnaval nantais : « carêment incroyable »…

carnaval_nantes_2016_affiche-25d22Plus modeste qu’à Rio, moins réputé que celui de Nice, le carnaval nantais n’en est pas moins le second de France d’après notre ami Wiki...dame oui ! Après dimanche dernier, cet après-midi pour les enfants (1), la promesse d’un « grand soir » nous est faite pour la parade de samedi prochain (09/04). ^^

Le programme qui propose, cette année, « un voyage autour du monde » correspond parfaitement à la devise du  blason de la ville « Favet Neptunus Eunti  » (« Neptune favorise ceux qui voyagent« ) : 18 chars dédiés à plusieurs pays (États-Unis, Brésil, Cuba, Italie, Espagne, Irlande, Australie, Japon, Brésil, etc) et presque 500 musiciens et danseurs costumés.

curiouscat-carnaval Nantes-DSC05228-min

Sous une pluie de confettis (environ 350 kg par char)… et quelques gouttes d’eau (banal pour les « escargots » ligériens), plusieurs milliers de spectateurs ont ainsi participé, dimanche après-midi (03/04), à cette première édition du carnaval 2016, ces « julesverneries », vivantes et colorées, faisant globalement dire que nous sommes particulièrement bien « vernistes » dans notre cité des Ducs.^^

Les progrès technologiques et l’utilisation du polystyrène ont en effet rendu les chars plus vivants. Par ailleurs, dès le mois de septembre, les 150 bénévoles ne ménagent pas leur peine pour la réussite de cet événement dont les couleurs joyeuses éclaboussent ensuite le centre-ville.

Lire la suite