Les moissons du ciel

L’été touche à sa fin. En guise de souvenir de la campagne rochelaise, ma carte postale pour tous :

Coucher de soleil en campagne-CuriousCat-DSC06850-min

Depuis son Panthéon, Arès veille les soldats de paille, par les hommes fauchés.

Témoins passifs et muets d’une guerre mécanique, digne des travaux d’Hercule,

ils reposent désormais, unis, couverts de plastique, sous les balles, couchés.

Dans un silence paisible, Déméter et Hélios fêtent leur crépuscule.

Coupé par leur faux d’or, le voile nuageux s’affaisse, exhalant ses vapeurs.

Derrière la cime des arbres, effilochée, au loin, la mantille fuligineuse,

découvre de rondes têtes brûlées qui, désormais noircies, pourraient presque faire peur

si l’ambre et le vermeil ne coloraient l’espace de teintes très lumineuses.

L’horizon s’anime, la brise légère du soir fait onduler les ombres,

son frémissement magique transformant la campagne en savane africaine.

Les rapaces survolent les chaumes guettant leurs proies en dépit de la pénombre,

dont des « rats des moissons » cachés derrière les tiges grâce à leur taille naine.

Patient et laborieux, l’astre solaire trace de grands sillons dans le ciel,

qui, sous son feu sacré, est éclairé de malt, de jaune ou d’un bel orangé.

Moissonné, le firmament offre au jour défunt cette récolte couleur miel

en espérant sans doute voir, dès le lendemain, de nouvelles gerbes d’or lever.

©CuriousCat

Chat-©CuriousCat--DSC06023-min

Enregistrer