Le caméléon : totem du camouflage militaire high tech futur ?

caméléon artificiel-minLa nature a toujours inspiré les couleurs mates du camouflage destiné à dissimuler, à la vue de l’ennemi, le personnel ou matériel militaire (nuances de vert, de kaki, de brun, de beige, parfois gris ou noir). Face aux moyens de détections modernes (vision infrarouge, détection acoustique ou pixelisée…), les recherches visant une furtivité optimale se poursuivent aussi bien sur le plan vestimentaire (ex : treillis) que matériel (filets bariolés diminuant le rayonnement thermique de l’objet couvert, véhicules blindés, avions, sous-marins, etc).

bouton couleur Février 2016 : Un test révolutionnaire ?

A l’image de ce symbole totémique de la sagesse, s’adaptant aux circonstances, des chercheurs chinois et américains viennent de créer un caméléon-robot capable de changer de couleur quasiment en temps réel.

A l’origine, l’analyse des couches iridophores de ces reptiles réalisée, l’an dernier, par des biologistes suisses. Le caméléon possède effectivement, à la surface de sa peau, des cellules pigmentaires capables d’émettre des couleurs structurelles. Selon Michel Milinkovitch : «Ces couleurs sont en fait créées sans pigments, via un phénomène d’interférence optique. Elles dérivent des interactions entre certaines longueurs d’ondes et des structures nanoscopiques, telles de minuscules cristaux présents dans la peau des reptiles ».(1)

     https://www.youtube.com/watch?v=SQggDnScsvI&feature=youtu.be

Bien que prototypique, ce test d’un camouflage réalisé avec un robot-caméléon équipé de nanoparticules plasmoniques, augure de dispositifs militaires futurs probants.

bouton couleur Découverte en vidéo :

bouton couleur Quels sont les principes de cette innovation high-tech ?

Une caméra fixée sur la tête d’un caméléon artificiel, conçu par impression 3D, enregistre la couleur de fond et la communique aux  plaquettes qui recouvrent le robot pour qu’elles changent de couleur. Ces  écailles, composées de « cellules plasmoniques », réfléchissent différemment la lumière en fonction du champ électrique qu’on leur applique (en détail : http://science.webissimo.biz/ce-cameleon-artificiel-se-camoufle-grace-a-des-nanoparticules-dor/).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bouton couleur Finalement, l’invisibilité : science-fiction ou réalité future ?

En la matière, les évolutions ne concernent pas que le domaine militaire et laissent imaginer un accès plus grand à ce rêve ancien. Deux exemples récents :

Cape d'invisibilité-min

Comme le philosophe grec Héraclite d’Ephèse, pensez-vous que « la nature aime à se cacher » et que cette conception darwinienne de l’évolution humaine est inéluctable ? Croyez-vous aux développements technologiques du camouflage adaptatif au-delà des couleurs primaires actuelles, à l’invisibilité future de la Grande muette et celle du grand public ?

Pour réagir, « jettez l’encre » dans la zone de commentaires ci-dessous, merci.

colorfullcat

 

 

 

Sources :

  1. http://www.maxisciences.com/cameleon/comment-le-cameleon-change-t-il-de-couleur-les-chercheurs-ont-perce-son-secret_art34455.html

A propos du camouflage optique encore:

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le caméléon : totem du camouflage militaire high tech futur ? »

    1. Bonjour Aline,
      Merci pour ta visite et ton sympathique commentaire. 🙂 Pour les liens, aurais-je manqué un paramétrage ? Suis preneuse d’astuces car je suis loin d’être une super woman capable, comme toi et nos amies blogueuses (oui, le féminin l’emporte pour l’instant) de tout gérer de front : famille, travail, blog, moocs, loisirs… Comment faites-vous ?

      J'aime

      1. Bonjour,
        Pour les liens, quand tu les insères, il faut cliquer juste en dessous sur « ouvrir dans un nouvel onglet » je crois…
        Oui, un peu plus féminin les blogs mais nous avons quelques messieurs !

        J'aime

        1. Merci, j’y veillerai désormais…j’ai plusieurs sujets en réserve, restera juste à trouver le temps ainsi que celui d’aller visiter les 400 blogs que tu nous as si gentiment pointés ce qui me rappelle quelques liens que j’ai récemment partagés sur les réseaux sociaux : 1) http://www.arts-et-metiers.net/musee/est-il-encore-possible-de-vivre-deconnecte ; 2) http://www.objetconnecte.net/digital-detox-un-journaliste-fait-le-pari-fou-de-vivre-90-jours-deconnecte/ ; 3) http://www.objetconnecte.net/digital-detox-un-journaliste-fait-le-pari-fou-de-vivre-90-jours-deconnecte/ ; 4) http://internetactu.blog.lemonde.fr/2016/02/25/qui-sera-responsable-des-maladies-de-la-connexion/
          Et en faisant cela…je contribue sans doute involontairement à l’infobésité mais bon… il y a matière à réflexion assurément !

          Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.